Mots-clés les plus recherchés

Département

Ministère de l’Aumônerie adventiste

Hiram Ruiz

DIRECTOR

Meriviana Ferreyra

ASISTENTE PROFESIONAL

Ministère de l’Aumônerie adventiste

Le but du ministère de l’aumônerie adventiste et la mission de l’Église adventiste du septième jour ne font qu’un : « Proclamer l’Évangile éternel au monde ». De cette façon, restaurer l’humanité brisée dans sa plénitude, dans sa relation avec Dieu.

Le Christ a modelé ce ministère de restauration et a confié sa continuité à l’église. « La méthode du Christ pour sauver les âmes est la seule qui réussisse. Il se mêlait aux hommes pour leur faire du bien, leur témoignant sa sympathie, les soulageant et gagnant leur confiance. Puis il leur disait : “Suivez-moi” » — Ellen G. White, Le ministère de la guérison, « Enseigner et guérir », p.118.

Le ministère de l’Aumônerie adventiste cherche à établir un réseau mondial d’aumôniers adventistes qui s’occupent de manière responsable de la santé spirituelle de ceux qui leur sont confiés. Les aumôniers adventistes augmentent la portée de la mission de l’église, validant ainsi l’authenticité de son ministère pastoral.

Le ministère de l’Aumônerie adventiste fournit des lignes directrices pour l’application des normes établies par la Conférence générale sur le champ mondial.

Qui est un aumônier ? Rivera (2010) le contextualise ainsi : « Le terme aumônier vient du mot latin Capellanus. Il s’applique aux personnes qui exercent la fonction de ministère et de soutien spirituel à ceux qui le nécessitent, les guidant dans la culture de la foi en Dieu et d’une saine estime de soi afin qu’ils puissent faire face à la situation de crise qu’ils vivent. Le mot a commencé à être utilisé avec la désignation d’un ecclésiastique comme ministre du monarque, qui n’était pas en charge de l’église, mais s’occupait de la vie spirituelle du monarque et de sa cour. Il était investi de l’autorité ecclésiastique et possédait une chapelle » (p.13).

« Paget et McCormack (2006) considèrent que « le ministère de l’aumônerie se développe parce que les gens ont besoin de soins pastoraux même lorsqu’ils n’appartiennent pas à une église (ou à son équivalent de foi) et surtout lorsqu’ils traversent une crise… Ce ministère a commencé à l’origine à répondre aux besoins des employés du gouvernement et de ses agences, telles que l’armée et les hôpitaux et est aujourd’hui souvent une initiative d’organisations religieuses et de victimes d’événements critiques » (p. 5).

Parlant de l’aumônerie scolaire, De la Cruz (2013) considère que l’aumônier « cherche à promouvoir un environnement équilibré, sain et harmonieux, ainsi que le développement et le bien-être spirituel de la communauté… de la même manière qu’il cherche à promouvoir camaraderie, solidarité et service au prochain, elle promeut également les plus hauts niveaux de moralité civique. La mission est d’anticiper et de répondre par de vraies solutions au grand besoin d’accompagnement et de soutien émotionnel et spirituel en période de crise personnelle ou collective… » (pp. 33-34).

Éducation Clinique Pastorale

Demande d’inscription au programme d’Éducation Clinique Pastorale https://www.adventistchaplaincyinstitute.org/clinical-pastoral-education/