Mots-clés les plus recherchés

Tsega-Ab Fenta (à droite) prend une commande lors d’un mercredi matin occupé au restaurant végétalien dont il est propriétaire, avec sa femme, à Los Angeles, dans l’État américain de la Californie. [Une photo de la Fédération sud-californienne.]

À Los Angeles, dans l’État américain de la Californie, un couple adventiste attribue à Dieu son succès.

Le 18 janvier 2022 | Californie, États-Unis | Fédération sud-californienne

Tezeta Alemayehu et Tsega-Ab « Bicko » Fenta, des membres de l’église adventiste du septième jour Berean à Los Angeles, connaissent trop bien les défis liés au démarrage d’un restaurant, surtout durant une pandémie mondiale dont on ne voit plus le bout. Avec la récente ouverture d’un restaurant de cuisine éthiopienne végétalienne, Berbere de T&T Lifestyle, à Santa Monica, le couple propriétaire dit s’être appuyé sur la direction de Dieu durant tout le processus.

« La foi a été la clé de notre entreprise », a dit Mme Alemayehu, chef exécutive et copropriétaire de Berbere. Auparavant, le concept culinaire du couple était connu de nombreux résidents de Los Angeles qui fréquentaient Smorgasburg, un marché extérieur du centre-ville ouvert seulement les week-ends où la marque T&T Lifestyle était installée en 2019.

Le burrito de petit déjeuner, une option populaire du menu des petits déjeuners de Berbere, est également offert au déjeuner et au dîner. Il est composé de tofu brouillé, de pomme de terre Berbere rôtie, de Teff Injera, de fir-fir, de bulgur, de tortilla au blé entier et de sauce tangfaye.
[Une photo de la Fédération sud-californienne.]

Pendant des années, Mme Alemayehu espérait ouvrir un restaurant à Santa Monica et vivre à proximité. « Nous étions certains que Dieu en avait pris bonne note, a-t-elle dit, alors nous avons laissé ce souhait entre ses mains. » Quand la pandémie a fait fermer Smorgasburg, la petite entreprise du couple a également été affectée. Il a donc commencé à servir de la nourriture par l’entremise de Colony, un espace de vente dans l’ouest de Los Angeles où les restaurants peuvent préparer et servir de la nourriture. Il se rapprochait donc de son lieu cible dans l’ouest.

Après avoir sans relâche considéré de potentiels locaux, dont certains étaient intéressants, mais pas tout à fait situés dans la zone désirée, un espace est devenu vacant à Santa Monica. Le couple pensait initialement n’être en mesure que d’en louer la moitié, mais après avoir rencontré le propriétaire, une entente de location de l’espace en entier a été conclue.

Tezeta Alemayehu, copropriétaire de Berbere, prépare un repas dans la cuisine ouverte. [Une photo de la Fédération sud-californienne.]

« Si ce n’est pas Dieu, nous ne savons pas qui c’est, a dit M. Fenta, copropriétaire de Berbere. Depuis lors, nous avons vu tellement de miracles, et Dieu nous a énormément bénis. »

Berbere, un « restaurant végétalien peu commun de Santa Monica » avec une touche éthiopienne, a ouvert ses portes en septembre 2021. Depuis lors, Mme Alemayehu et M. Fenta ont bénéficié d’un soutien renversant tant de la part des clients que des médias.

Refusant de compromettre leur foi, Mme Alemayehu et M. Fenta ferment Berbere tôt le vendredi après-midi et demeurent fermés toute la journée du samedi en guise d’observation du sabbat.

L’entrée du restaurant végétalien Berbere à Santa Monica, en Californie, aux États-Unis. [Une photo de la Fédération sud-californienne.]

« N’importe qui vous dirait que vous êtes fous de ne pas ouvrir votre commerce le vendredi soir et le samedi, a commenté Mme Alemayehu, car il s’agit des jours les plus occupés, donc payants. » Pourtant, la fermeture durant le sabbat donne l’occasion au couple de partager la foi adventiste avec ceux qu’ils croisent. « À nos yeux, la fermeture durant le sabbat a eu un effet positif sur l’entreprise, nous permettant de dire aux gens que nous observons le sabbat », a-t-elle ajouté.

Tout au long de cette aventure, le couple s’est accroché aux promesses de la fidélité de Dieu, telle que présentée dans Hébreux 10.23 : « Retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle. »

La version originale de cet article a été publiée par la Fédération sud-californienne.

Traduction : Marie-Michèle Robitaille

Top news

Barry Black, l’aumônier du Sénat américain, écrit un livre pour enfants
Plusieurs publications adventistes reçoivent les grands honneurs lors d’un congrès annuel de presse chrétienne
Les dirigeants adventistes interaméricains nous ont rappelé de « ne pas lâcher » durant la semaine annuelle axée sur la prière