Mots-clés les plus recherchés

L’article suivant a été édité et abrégé par rapport à sa publication originale dans l’Encyclopédie des adventistes du septième jour. Le lien vers l’article complet est référencé à la fin. -Équipe de presse de la DIA

11 Janvier 2022 | Miami, Floride, États-Unis | Par Glenn O. Phillips et Israel Leito

De nombreux facteurs ont conduit à la création de la Division Inter Américaine (DIA) en mai 1922. La croissance rapide du nombre de membres a été un facteur majeur. En 1922, dans le Bassin Caribéen et dans la moitié nord de l’Amérique Latine vivaient des milliers de membres de l’Église adventiste du septième jour depuis environ quatre décennies. On pense que des livres et de la documentation adventistes sont arrivés pour la première fois de Grande-Bretagne à Haïti en 1879, envoyés par frère J. N. Loughborough ; cela a conduit de nombreuses personnes à accepter le sabbat et à suivre le Message des Trois Anges.6
En 1887, la première église adventiste du septième jour a été formellement organisée avec 40 membres baptisés à Georgetown, en Guyane Britannique (Guyana).7 Peu après le début du 20ème siècle, la Conférence Générale a approuvé trois fédérations adventistes du septième jour : la Fédération de la Jamaïque en 1903 et la Fédération du Sud de la Caraïbe et la Fédération du Panama en 1906. Dans d’autres parties de la région, il s’est avéré difficile de faire accepter le message adventiste parmi les gens qui étaient majoritairement catholiques romains essentiellement dans les populations hispanophones et francophones.

Au cours des années 1880, les membres adventistes du septième jour ont tenté d’envoyer des livres et de la documentation dans ce qui est maintenant le territoire de la DIA. En 1882, un secrétaire de la Société Internationale du Tract a cherché à envoyer des livres adventistes à Cuba et a communiqué avec le consul cubain, lui demandant les noms et adresses des personnes à qui envoyer de la littérature religieuse. La réponse du consul a été : « Personne n’a pu être trouvé qui ose distribuer de la littérature Protestante à terre à Cuba, bien qu’elle puisse être remise aux marins dans le port. »8

Le message adventiste est entré par divers ports des pays de l’Inter Amérique, comme en Haïti dès 1879. [Image : photos d’archives de la Division Inter Américaine]

Après le conflit hispano-américain au début du 20ème siècle, le Protestantisme a atteint les côtes de Cuba. Au début des années 1890, quelques pionniers adventistes du septième jour ont amené leurs ouvrages au Mexique et ont proclamé le Message des Trois Anges à Mexico parmi un petit groupe de lecteurs, mais ils ont été incapables d’atteindre efficacement les millions d’habitants qui y vivaient.9

Au début des années 1870, sœur Elizabeth Gauterau, qui a accepté le message adventiste du septième jour alors qu’elle vivait à San Francisco, en Californie, a souhaité partager la bonne nouvelle avec ceux qui vivaient au Honduras, dans les îles de la Baie et au Belize. Elle a rassemblé de nombreux numéros du magazine « Signes des Temps » et a effectué un voyage missionnaire personnel. Elle est arrivée au Honduras en février 1886 et a commencé à proclamer l’évangile auprès de la famille et des amis.10

En 1891, le pasteur Frank J. Hutchins et son épouse, Cora, ont été envoyés en tant que premiers missionnaires officiels dans les pays d’Amérique Centrale. Ils sont arrivés dans les îles de la Baie et ont évangélisé les pays du Honduras, de la Colombie via l’île de San Andrés, le Belize, le Guatemala, le Nicaragua, le Costa Rica et le Panama.11 Ils ont navigué sur une goélette sur la Mer des Caraïbes et ont principalement évangélisé dans des villes portuaires telles que Livingston au Guatemala, Limón au Costa Rica et Bocas del Toro au Panama, combinant « travail pastoral, soins dentaires et colportage. » De même, en 1891, le frère Salvador Marchisio s’est rendu seul au Mexique pour proclamer la bonne nouvelle. Pour mieux aider le peuple mexicain, il est allé à Battle Creek pour devenir infirmier, puis, en 1893, il a été envoyé comme missionnaire à Guadalajara, au Mexique.12

L’adventisme du septième jour a fait des progrès significatifs en termes d’effectif de membres au fil des années. En 1922, au moment de la création de la Division Inter Américaine, plus de 7000 membres baptisés adventistes du septième jour vivaient dans la vaste région et adoraient dans plus de 200 églises adventistes, et plus de 100 missionnaires servaient dans cette région.13 Il y avait neuf champs de mission et d’autres groupes dans divers domaines de l’œuvre de l’église, mais ils ont été détachés des structures administratives formelles de l’Église Adventiste mondiale.

Les dirigeants adventistes du septième jour du monde entier posent pour une photo lors de l’organisation officielle de la Division Inter Américaine, à San Francisco, en Californie, aux États-Unis, en 1922. [Image : Photos d’archives de la Division Inter Américaine]

En 1922, le nombre de membres de l’Église adventiste du septième jour montrait des résultats encourageants en termes de croissance, principalement au sein de la population Protestante de cette région où vivaient plus de 40 millions de personnes dans plus de 30 pays.14 La majorité des convertis et des croyants adventistes vivaient dans les régions anglophones des Petites Antilles et de la Zone du Canal de Panama. Bien que les circonstances politiques du début des années 1920 avaient permis une croissance modeste au Mexique, il n’y avait pratiquement pas de croyants adventistes dans les pays hispanophones plus densément peuplés. En 1922, la République de Colombie avec près de six millions de citoyens ne comptait qu’une seule église Adventiste qui n’avait que 11 membres.15

Bien que le nombre de membres de l’Église Adventiste du septième jour dans la région était suffisamment important pour justifier la création d’une division, les finances générées et les dépenses encourues auraient pu différer l’organisation de la division. Les dirigeants de l’Église qui ont visité les régions de la Caraïbe et du nord de l’Amérique Latine ont noté l’absence d’une structure organisationnelle bien conçue et planifiée qui pourrait empêcher les différentes parties incorporées de se concurrencer pour le personnel missionnaire et les ressources limitées.

Les missions, fédérations et unions existantes fonctionnaient essentiellement de manière autonome. Il était presque habituel pour les subordonnés de contourner les superviseurs locaux et d’entrer en contact direct avec les dirigeants de la Conférence Générale sur des questions liées au travail.

Par conséquent, on croyait que, pour surmonter cette faiblesse organisationnelle flagrante et parvenir à une croissance significative et continue de l’église dans cette région, il était nécessaire d’avoir une division organisée.16

Historique de l’organisation

Le 11 mai 1922, à San Francisco, en Californie, lors de la 40ème Session de la Conférence Générale, la majorité des 581 délégués ont voté en faveur de l’existence de la DIA.17 Le Bulletin de la Conférence Générale de 1922 relate les facteurs qui ont conduit les délégués à cette décision. (voir les détailsici)

Siège de la Division Inter Américaine au Panama, de 1922 à 1943. [Image : Photos d’archives de la Division Inter Américaine]

Au début des années 1920, cette configuration géographique et administrative initiale est apparue comme le meilleur arrangement pour remettre de l’ordre dans ce qui était perçu comme une région du monde largement dispersée et compliquée.

Lors de la session de 1922, l’Église a accepté une nouvelle constitution et des statuts qui incorporaient la nouvelle structure de division. La création de la DIA constituait la prochaine étape pour mettre à jour de la structure organisationnelle de l’église dans cette région avec l’Église adventiste mondiale. L’église a également pris une décision nécessaire pour faire avancer l’œuvre dans les régions de la Caraïbe et du nord de l’Amérique Latine ; elle a voté de faire de cette région la huitième division de l’Église adventiste du septième jour.19

Les tâches les plus difficiles lors de la création de la division nouvellement créée ont été de restructurer les unités organisationnelles et administratives qui existaient avant la création de la DIA. Trois unions missions ont été créées : l’Union Mission Aztèque qui regroupait l’œuvre de l’église au Mexique, au Guatemala, au Honduras et dans la colonie du Honduras Britannique (aujourd’hui le Belize) ; l’Union Mission Centraméricaine qui comprenait les autres pays d’Amérique Centrale, notamment le Panama ; et l’Union des Antilles Britanniques dont le siège se trouvait en Jamaïque et qui comprenait la plupart des Petites Antilles et les trois Guyanes du nord de l’Amérique du Sud.20

Un bulletin d’information à l’échelle de la division a également été créé pour partager des nouvelles importantes, des informations et des articles sur divers sujets pertinents pour tous les membres de la division. Cette publication mensuelle a été lancée en 1924 et s’appelait le « Messager Inter Américain. » En 1928, il était publié en espagnol – la langue principale des plus grandes populations de la région.21

Siège de la DIA à Coconut Grove, à Miami, en Floride aux États-Unis, de 1946 à 1954. [Image : Photos d’archives de la Division Inter Américaine]

L’évangélisation publique et le gain des âmes étaient très importants pour les premiers administrateurs de cette division nouvellement créée. En juillet 1925, lors de la réunion du concile de la division, son président a annoncé : « Notre œuvre principale consiste à sauver des âmes plutôt que de simplement gérer des fédérations, des missions et des institutions. »22 L’administration de la division a réalisé le besoin d’établir davantage d’école de formation en internat et de mettre en place des moyens de soutenir financièrement les quelques établissements de ce type qui existaient. Lors de la Session de la Conférence Générale de 1930, le président de la DIA a déclaré : « Nos écoles sont les institutions les plus importantes dans le monde ; par conséquent, elles devraient être dotées de tout le personnel enseignant nécessaire pour réussir le travail de formation de nos jeunes pour un service efficace… [Dans] tous les aspects de l’œuvre, nous avons besoin d’ouvriers nés sous les tropiques, dont la langue maternelle est la langue vernaculaire du peuple, qui connaissent leur peuple comme aucun étranger ne peut le connaître, et qui sont habitués aux conditions climatiques souvent fatales pour un étranger. »23

L’objectif le plus urgent de la DIA à sa création était l’augmentation globale du nombre de membres. Le rapport du président de division en 1935 dépeint clairement la croissance régulière du nombre de membres au cours de la période lorsqu’il a déclaré qu’au cours de la décennie allant de 1925 à 1935, le nombre de membres d’église a augmenté de 16867, soit une croissance de 182 pour cent; L’effectif de membres de l’école du sabbat a augmenté de 26593, soient 227 pour cent; et le nombre de missionnaires volontaires a augmenté de 6668, soient 235 pour cent. De plus, au cours du quadriennat allant de 1931 à 1934, le nombre de membres a augmenté de 10472 soient 67 pourcent ; L’effectif de membres de l’école du sabbat a augmenté de 68 pour cent ; et le nombre total de baptêmes s’élevait à 3012 en 1931 ; à 3619 en 1932 ; à 3774 en 1933 ; et à 3956 en 1934.24

Sites du siège de la DIA

New York City

L’un des premiers défis urgents consistait à trouver un emplacement approprié pour le siège de la division. Au cours des premiers mois, des bureaux temporaires ont été ouverts dans la ville de New York et il a été envisagé d’établir le siège à la Nouvelle-Orléans. Les principales raisons qui expliquent ces différentes considérations étaient la nécessité de communiquer avec le territoire de la division et de voyager vers et depuis la division. Il faut se rappeler qu’à cette époque, la plupart des déplacements et des communications se faisaient via les ports maritimes et, avec un territoire si diversifié, le siège devait être placé à un endroit qui faciliterait cela.25

Des dirigeants de l’Église lors des rencontres du Concile Annuel de la Division Inter Américaine, qui se sont tenues à Miami, en Floride, aux États-Unis, du 12 au 21 décembre 1949. [Image : Photos d’archives de la Division Inter Américaine]

Zone du Canal de Panama

Le premier emplacement du siège de la DIA était sur le territoire américain de la Zone du Canal de Panama,26 où il est resté de 1922 jusqu’à 1943, lorsque, en raison de l’entrée des États-Unis dans la guerre, tous les civils ont dû être évacués de la Zone stratégique du Canal. Cependant, le site du siège dans la Zone du Canal est resté entre les mains de l’église et a servi de siège à la Fédération du Panama et il est actuellement le siège de l’Union Mission du Panama.

Ile de Cuba

Le deuxième emplacement ou a été implanté le siège de la DIA était Rancho Boyeros à Cuba, où, pour la première et unique fois, la division ne se trouvait pas sur le territoire américain ; au lieu de cela, ses nouveaux bureaux se trouvaient dans une maison de 14 pièces « dans le quartier de General Peraza, une banlieue de La Havane. »28 Son président était un leader ayant une vision claire et spirituelle ; il a écrit dans le « Messager Inter Américain » de février 1943 que, « Au lieu d’avoir 5000 baptêmes par an, nous devrions baptiser 15000 ou 20000 nouveaux membres chaque année. Je crois que c’est un objectif vers lequel nous devons orienter tous les efforts dans les jours qu’il nous reste encore pour travailler pour le salut des âmes. »29

La division a fonctionné à Cuba de 1943 à 1945, lorsque la Conférence Générale a voté de déménager le siège de la division vers un autre endroit sur le territoire continental des États Unis. Le bâtiment érigé pour la Division Inter Américaine à Cuba est toujours utilisé par l’église et est le siège actuel de l’Union de Fédérations Cubaine.

Les membres du Comité de Fin d’Année de la Division Inter Américaine qui s’est tenu à Coral Gables, en Floride, aux États-Unis, en 1997. [Image: Photos d’archives de la Division Inter Américaine]

Banlieue de Miami – Coconut Grove, Floride

Le troisième emplacement du siège de la DIA était situé au 1921 South Bayshore Drive, Coconut Grove, Floride, aux États Unis en raison de la nécessité d’avoir une bonne communication, de la facilité dans les déplacements, etc. dans le territoire. La DIA a continué de construire sur son héritage des décennies précédentes. L’évangélisation publique a continué d’être au centre de toutes les activités et de tous les programmes ; le président de la DIA a d’ailleurs déclaré : « L’évangélisation est notre principale raison d’être. Tout ce que nous faisons, nous le croyons, devrait être fait dans un but évangélique ; après tout, gagner des âmes est notre activité la plus importante. »30

Même si tous les plans administratifs étaient en place pour fonctionner à partir de ce nouvel emplacement, le 25 février 1954, les locaux de la division ont été détruits par un incendie et le siège a dû être déplacé à nouveau. Des plans ont été immédiatement élaborés pour construire de nouveaux bureaux afin de mieux faciliter les activités en plein développement de la division.31

Ville de Coral Gables, Floride

Le quatrième emplacement du siège de la DIA était devenu une nécessité en raison de l’incendie qui avait détruit son ancien siège, et un nouveau site a été recherché à proximité de celui qui avait subi l’incendie. Les nouveaux bureaux ont ouvert le 17 mars 1955 au 760 Ponce de Leon Boulevard, Coral Gables, en Floride, un quartier d’affaires et résidentiel très bien coté ; le siège de la DIA est resté à cet endroit jusqu’en 2001.32

Un groupe de dirigeants et de membres du personnel salue depuis le siège de la Division Inter Américaine à Kendall, à Miami, en Floride aux États-Unis, pour célébrer les activités du centenaire prévus pour 2022. [Photo d’archives capture d’écran de la DIA]

Banlieue de Miami – Kendall, Floride

Le cinquième emplacement du siège de la DIA était nécessaire en raison de la croissance rapide de la division et du besoin d’un espace plus grand pour héberger ses opérations. Par conséquent, l’administration de la DIA a décidé de construire un nouveau siège pour la division.

La présence croissante des adventistes à travers la DIA depuis 1922 illustre l’efficacité de ses dirigeants visionnaires, des membres engagés des différents comités de division, et de tous les autres ouvriers et dirigeants, pasteurs, ouvriers bibliques, représentants évangélistes et laïcs très actifs.

Pour les sources utilisées dans cet article et pour plus de détails sur la croissance et le leadership de la Division Inter Américaine au fil des années, consultez l’article complet
ICI

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

Le Festival des Laïcs de l’Inter Amérique s’ouvre avec un engagement renouvelé à proclamer l’évangile
Des centaines d’étudiants dans des écoles adventistes plantent 400 arbres lors de l’initiative de reboisement
Les adventistes commencent à arriver au Panama pour le Festival des Laïcs de l’Inter Amérique