Mots-clés les plus recherchés

29 Novembre 2021 | Miami, Floride, États-Unis | Par Marcos Paseggi, pour le Pôle Informations de la Division Inter-Américaine

Un récent Symposium en ligne organisé par la Division Inter Américaine sur « La Liberté de Conscience et la Vaccination » a réuni des experts adventistes de divers domaines qui ont discuté de l’obligation vaccinale et de la liberté de conscience. Ils ont également donné des conseils et répondu aux questions des internautes de toute la région. Parmi les intervenants le 19 novembre 2021, David R. Williams, professeur de santé publique à la chaire Florence et Laura Norman de l’Université Harvard et directeur adjoint des ministères de la santé à la Conférence Générale, a discuté de ce qu’il a appelé « le Rôle de la Science, s’il existe, dans un Ministère de la Santé centré sur le Christ. »

David Williams a expliqué le contexte des ministères de la santé dans l’Église adventiste du septième jour, la nouvelle réalité de la pandémie de COVID-19 et ce que les membres et les dirigeants de l’Église adventiste peuvent faire pour étudier, prier, faire confiance à Dieu et en même temps agir avec sagesse.

Un appel au ministère de la santé

Selon David Williams, toute discussion liée à la santé doit inclure une perspective plus large. « Nous devons placer notre conversation dans le contexte plus large de ce que Dieu nous appelle à faire, » a-t-il dit, ajoutant : « Dieu appelle chacun de nous au ministère de la santé, [qui] fait partie intégrante de la mission de l’Église. » David Williams a rappelé aux dirigeants et aux membres d’église qu’en raison de ce que Jésus a fait pour nous, « chaque chrétien adventiste du septième jour est appelé à consacrer [sa] vie à rendre gloire à Dieu. »

David R. Williams, professeur de santé publique à la chaire Florence et Laura Norman de santé publique de l’Université d’Harvard et directeur adjoint des Ministères de la Santé de la Conférence Générale, s’adresse aux internautes lors du symposium le 20 novembre 2021. [Photo : Capture d’écran de la DIA]

Dans ce contexte, le ministère de la Santé consiste à suivre les traces de Jésus, à rendre l’amour de Dieu réel pour les autres, a expliqué David Williams. Il s’agit à travers le ministère de la santé, « d’aider les hommes et les femmes à atteindre leur plein potentiel, au niveau mental, au niveau physique et au niveau spirituel. »

Mais pour atteindre notre plein potentiel, nous devons mettre en pratique les principes de la santé, a déclaré David Williams. En utilisant l’histoire de l’époque où Jésus a ressuscité Lazare (Jean 11) comme illustration, David Williams a souligné le fait que la prière soit essentielle au ministère de la santé. « La prière et le fait de dépendre de Dieu sont à la base de l’expérience de la guérison divine, » a-t-il déclaré. « Il y a des gens dans notre réseau, qui ont, peut-être mal, qui souffrent peut-être, qui pourraient être guéris si seulement nous avions en nous l’amour de Dieu et sa compassion et si nous priions Dieu en leur faveur. »

Le rôle de la coopération humaine

Un autre aspect du miracle de la résurrection de Lazare est que nous voyons Jésus faire deux requêtes à la foule qui l’entoure. Il demande aux personnes présentes d’enlever la pierre du sépulcre avant qu’il n’accomplisse le miracle, a dit David Williams. Et quand Lazare est sorti, il a demandé aux gens de le délier. Jésus « n’avait pas besoin pour le faire, mais il s’est appuyé sur l’aide humaine, » a-t-il fait observer. « Donc, pour faire l’expérience de la puissance de guérison divine, nous devons coopérer avec Dieu et ses lois. Dieu veut que nous fassions notre part. Et coopérer avec Dieu signifie que nous devons renforcer notre système immunitaire, » a-t-il souligné.

Dieu utilise différents moyens pour amener la guérison, même s’il est la seule et ultime source de toute guérison. En accord avec le pionnier adventiste John Harvey Kellogg, lui-même médecin, David Williams a déclaré : « Seul Dieu guérit. Les médecins ne guérissent pas. Les médicaments ne guérissent pas. Mais ce sont des instruments que Dieu utilise » pour guérir. « C’est la raison pour laquelle, pour faire l’expérience de la puissance de guérison de Dieu, nous devons utiliser toutes les connaissances que Dieu nous a données, » a-t-il déclaré.

En phase avec une précédente présentation du directeur des Ministères de la Santé de l’Église adventiste, Peter Landless, David Williams a déclaré que nous ne devons promouvoir que des pratiques conformes aux Écritures, soutenues par l’Esprit de Prophétie et basées sur une science éprouvée (fondée sur des preuves). « Dieu est l’auteur de la science ; Il utilise la science pour apporter la lumière… Quand nous voyons des découvertes scientifiques, nous voyons Dieu à l’œuvre. »

C’est dans ce contexte que l’Église adventiste du septième jour a encouragé une vaccination responsable, a déclaré David Williams.

Il a souligné que Dieu veut que chacun de nous prenne ses propres décisions. En même temps, il a expliqué qu’il est possible de se tromper consciencieusement. Nous devrions donc aborder chaque problème en étant conscient de cela.

Les adventistes et les vaccins

De manière spécifique, David Williams a déclaré qu’il était essentiel d’examiner les avantages et les risques des vaccins contre la COVID-19. « Je vais en parler, » a-t-il dit. « La science est très claire à ce sujet : les vaccins sauvent des vies. »

David Williams a ajouté que les vaccins se sont avérés sûrs et efficaces dans des études portant sur des milliers de personnes et il a rappelé aux internautes qu’en se faisant vacciner, il s’agit d’empêcher le virus de se propager et de prévenir les infections mortelles. Il a également fait remarquer que les avantages de la vaccination l’emportent sur les risques chez les personnes en bonne santé et qu’une surveillance intensive de la sécurité du vaccin se poursuit.

Par-dessus tout, a souligné David Williams, les vaccins contre la COVID-19 offrent une opportunité importante de soutenir et de protéger ceux qui ont été et ceux courent le risque d’être les plus touchés par la COVID-19. « Il ne s’agit pas seulement de moi et de ma santé ; c’est aussi important pour ma famille et ma communauté, » a-t-il déclaré.

David Williams a également clairement indiqué que les vaccins contre la COVID-19, ainsi que le fait de se laver les mains, de garder ses distances et de porter un masque nous donnent l’opportunité de nous protéger et de protéger ceux qui nous entourent.

Risques et préoccupations

David Williams a reconnu qu’il existe des préoccupations et des craintes légitimes concernant les vaccins contre la COVID-19. « Je conçois qu’il est tout à fait raisonnable de soulever vos questions et préoccupations, » a dit David Williams.

Une de ces préoccupations est que les vaccins ont été fabriqués trop rapidement. C’est vrai, a dit David Williams, mais cette technologie a 20 ans et des milliards ont été investis. D’après lui, les vaccins ont été développés aussi rapidement grâce à l’investissement incroyable (littéralement des milliards de dollars américains). « Normalement, une compagnie pharmaceutique collecte des fonds elle-même et retient des populations pour faire le vaccin, ce qui prend beaucoup de temps. » Mais dans ce cas, a-t-il expliqué, il y avait de l’argent disponible des États-Unis.

David Williams a également expliqué que même si l’utilisation d’urgence a été autorisée après seulement deux mois d’études, en novembre 2021, il y a déjà un suivi d’un an. « C’est l’un des vaccins les plus efficaces que [l’humanité] ait jamais créés, » a-t-il déclaré. « En tant que scientifique qui lit sur le sujet, c’est ce que nous savons. »

Il a reconnu qu’en même temps, il est vrai qu’on ne connaît pas la durée de la protection. « Nous ne pouvons pas vous dire que dans dix ans, il n’y aura pas un effet secondaire, » a dit David Williams. « Mais en même temps, la plupart des effets secondaires des vaccins surviennent au cours des 45 premiers jours. C’est la raison pour laquelle [les responsables de la santé] ont décidé d’attendre 60 jours, deux semaines de plus. »

Enfin, David Williams a souligné que même si aucun vaccin n’est efficace à 100 pour cent, « l’efficacité du vaccin actuel dans la prévention des maladies graves et des décès est remarquable. »

Quelques conclusions

David Williams a rappelé aux participants au symposium que la décision de se faire vacciner ou non est le choix de chaque individu et qu’une telle décision devrait être prise en consultation avec son professionnel de santé. Il a également déclaré que des recherches personnelles sur le sujet sont essentielles. « Être en sécurité et assurer la sécurité de votre famille repose en partie sur le fait pour vous de disposer des informations dont vous avez besoin sur les vaccins pour prendre une décision éclairée. » Il a de nouveau conseillé : « Recherchez la sagesse divine en considérant ce que dit la Bible, l’Esprit de Prophétie et la science fondée sur des preuves. Nous avons des preuves scientifiques, demandons au Saint-Esprit de nous conduire et de nous guider dans toute la vérité. »

David Williams a ensuite partagé une déclaration d’Ellen White, qui dans Conseils sur la Nutrition et les Aliments a écrit : « Dieu n’accomplira pas de miracle pour éloigner de la maladie ceux qui ne prennent pas soin d’eux-mêmes et qui ne font rien pour prévenir la maladie, mais qui persévèrent dans la transgression des lois de la santé. Lorsque nous faisons tout ce que nous pouvons pour garder la santé, nous pouvons espérer que d’heureux résultats suivront, et nous pouvons, par la foi, demander à Dieu de bénir ces efforts en vue du maintien de la santé. » (p. 29).

Il est important d’étudier, de prier, de faire confiance à Dieu et d’agir avec sagesse, a déclaré David Williams. « Je fais confiance à Dieu et cependant je me brosse encore les dents tous les jours, » a-t-il dit pour illustrer. « Je fais confiance à Dieu et pourtant je change l’huile de ma voiture. Je fais confiance à Dieu et je porte tout de même une ceinture de sécurité… Je fais confiance à Dieu, mais je ferme les portes de ma maison la nuit… Agir avec prudence et sagesse n’indique pas un manque de foi ou un manque de confiance en Dieu, » a-t-il déclaré. « Nous devons continuer à étudier pour que nous recevions l’approbation de Dieu. »

Pour voir le segment du Dr David R. Williams lors du Symposium en ligne de l’Inter-Amérique sur la Liberté de Conscience et la Vaccination, cliquez ICI

Pour accéder à des rapports supplémentaires sur le symposium en ligne et à plusieurs présentations, visitez-nous à l’adresse interamerica.org

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

Plus de 6700 personnes se joignent à l’Église adventiste en Inter Amérique à la fin d’une campagne d’évangélisation en ligne
Croyance Fondamentale No. 17: Dons Spirituels et Ministéres
La Journée du Service Volontaire Adventiste de l’Inter Amérique rend hommage à ceux qui servent