Mots-clés les plus recherchés

Le 28 septembre 2020 | Loma Linda, Californie, États-Unis | Janelle Ringer du département de nouvelles de l’Université de Loma Linda

D’après les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC pour Centers for Disease Control and Prevention), la maladie d’Alzheimer est la sixième cause de décès en importance chez les adultes et la cinquième chez les adultes de plus de 65 ans. La maladie, qui affecte les parties du cerveau qui contrôlent la réflexion, le langage et la mémoire, peut diminuer considérablement la capacité d’une personne d’accomplir des tâches quotidiennes.

Selon le Dr Warren Boling, directeur du département de neurochirurgie du Centre de santé de Loma Linda(LLUH pour Loma Linda University Health), bien que la cause demeure inconnue, les experts découvrent constamment des facteurs qui peuvent réduire les risques de développement de la maladie d’Alzheimer.

« Les facteurs de risque pointent en direction d’une hausse des chances de développer la maladie, et bien que certains de ces facteurs soient immuables, d’autres sont davantage maîtrisables, comme l’alimentation, l’exercice et le sommeil. »

Dans le cadre du mois du sain vieillissement, le Dr Boling présente cinq facteurs que les gens peuvent surveiller pour réduire leurs risques de démence

L’alimentation

L’alimentation à base de végétaux a été liée à la prévention de la démence. Les experts encouragent la consommation de légumes à feuilles vertes, de baies, de céréales complètes, de légumineuses, de noix et d’huile d’olive. Les aliments qui ont des propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes peuvent prévenir la maladie et maintenir la santé du cerveau.

L’exercice

Une bonne stratégie d’activité physique combine l’exercice cardiovasculaire et l’entraînement musculaire. Les débutants peuvent commencer par des activités comme la marche, le yoga ou la natation. Les exercices d’équilibre sont également essentiels à la santé cérébrale. Les blessures à la tête causées par des chutes ou des pertes d’équilibre peuvent augmenter les risques de maladie d’Alzheimer ou d’autres formes de démence.

La dépression et l’isolement social

De nombreuses études ont démontré que l’isolement social pouvait accélérer le déclin cognitif et augmenter les risques de démence. Le sentiment de solitude peut augmenter la vulnérabilité à la détérioration de la santé ainsi que les risques de démence vers la fin de la vie.

La cigarette

La cigarette peut augmenter de manière considérable les risques de développement de la maladie d’Alzheimer. Elle augmente aussi les risques de problèmes cardiaques, qui peuvent mener à des AVC (accidents vasculaires cérébraux), de petits saignements dans le cerveau, un autre facteur de risque de la démence.

Le sommeil

Les études suggèrent que bien dormir la nuit pourrait avoir des effets considérables sur les conséquences mentales du vieillissement. Le sommeil peut profiter à l’esprit et avoir une influence à long terme sur les risques de déclin cognitif avec le vieillissement. L’adoption de bonnes habitudes de sommeil peut protéger la santé du cerveau.

Les fournisseurs de soins du département de neurochirurgie du Centre de santé de l’Université de Loma Lindas’engagent à assurer à tous les patients l’accès aux soins dont ils ont besoin, surtout en période de stress comme celle que nous vivons actuellement. Les patients peuvent planifier des visites par vidéoconférence en visitant le lluh.org/video-visits, MyChart ou en téléphonant à leur fournisseur de soins.

Cet article a d’abord été publié sur le site de nouvelles du Centre de santé de l’Université de Loma Linda.

Traduction : Marie-Michèle Robitaille

Top news

L’influence des pères
L’hôpital pour enfants de Loma Linda parmi les meilleurs pour la cardiologie et la chirurgie cardiaque
L’Église adventiste commémorera le Sabbat Mondial des Réfugiés le 19 juin