11 Septembre 2020 | Nassau, Bahamas | Libna Stevens, Pôle Informations de la Division Inter Américaine

Un an après que l’Ouragan Dorian ait détruit les îles d’Abaco et de Grand Bahama aux Bahamas, il y a encore des choses qui rappellent la dévastation et il reste encore beaucoup à reconstruire. Alors que la pandémie de coronavirus est toujours menaçante dans un territoire insulaire fortement dépendant du tourisme, les dirigeants adventistes du septième jour ont pris le temps de prier pour la nation et de rendre grâce à Dieu pour sa miséricorde et sa protection pendant la saison cyclonique actuelle et la crise amenée par la pandémie, lors d’un programme spécial en ligne le 4 septembre 2020.

« Nous sommes ici pour remercier Dieu de nous avoir permis d’arriver jusqu’ici, car nous le reconnaissons : sans le Seigneur où serions-nous ? » a déclaré le pasteur Eric D. Clarke, président de la Fédération du Nord des Bahamas, au début du programme. « Nous avons traversé un moment spécial et particulier avec l’Ouragan Dorian, mais nous voulons méditer sur la façon dont Dieu a été si bon envers nous.

Les dirigeants de l’église lisent les Écritures, prient ensemble et écoutent les membres d’église qui louent encore Dieu pour sa providence pendant les vents violents et les vagues déferlantes qui ont touché leur vie.

Pastor Dannie Clarke [Photo d’archives : Libna Stevens/DIA]

Survivants

Eric Auguste ne peut oublier l’épreuve que sa famille a traversée chez lui à Abaco cette nuit fatidique du 1er septembre 2019. Les vents cycloniques de près de 300 km/h ont ravagé sa maison, lui ont arraché le bras droit et ont emporté sa mère. « C’était dur, très dur à traverser, » a déclaré Eric Auguste. Il a subi de nombreuses interventions chirurgicales et a pu se rétablir aux États-Unis avec sa famille depuis lors. « Je n’ai pu m’en sortir que grâce à la puissance de Dieu, » a-t-il dit dans un clip vidéo. « Dieu m’a aidé à faire face aux frais médicaux, à trouver un hébergement, à reprendre ma vie en main. »

William Brown, un membre d’église de Freeport, à Grand Bahama, se tenait juste en face de l’endroit où lui et sa famille ont dû nager depuis leur maison dans 2 à 2,5 mètres d’eau pour se mettre en sécurité alors que l’ouragan faisait rage. « Je remercie Dieu même maintenant parce qu’il nous a permis de traverser tout cela. Si ce n’était l’amour et la grâce de Dieu, ma famille et moi ne serions pas ici, » a dit William Brown. « Je me suis appuyé sur sa Parole selon laquelle jamais il ne nous laissera ni ne nous abandonnera.

Le pasteur Wilson Isnord, qui était le pasteur des deux églises de Marsh Harbour, à Abaco, a repensé à la veille du passage de l’ouragan : nous allions dans différentes communautés avec un haut-parleur invitant les résidents à se mettre à l’abri avant la tempête. Pasteur Isnord et sa famille ont survécu à la montée des eaux et ont dû fuir vers un abri, a-t-il déclaré.

Même avec tant de familles qui pleurent toujours la perte de leurs proches, qui luttent toujours pour reconstruire leur vie, et qui sont perturbées par la crise causée par la pandémie, il y a encore de l’espoir en Dieu et en sa bonté, ont déclaré les dirigeants de l’église lors du programme en ligne.

Eric Auguste, de l’île d’Abaco, parle aux internautes de la bonté de Dieu après cette nuit fatidique du 1er septembre 2019, au cours de laquelle il a perdu sa mère et son bras droit lors du passage de l’Ouragan Dorian. [Photo : Capture d’écran]

« Regarder en arrière doit nous pousser à regarder vers l’avenir »

Le pasteur Leonard Johnson, secrétaire exécutif de l’Église adventiste en Inter Amérique et ancien président de l’Union Caribéenne Atlantique, a encouragé les membres et les internautes à utiliser sans crainte toutes les opportunités de croissance. « Au milieu des épreuves et des tribulations, Dieu a un plan pour nous, » a déclaré pasteur Johnson. « Dieu nous a donné le pouvoir, l’amour et un bon jugement pour continuer d’avancer. Notre regard en arrière doit nous pousser à regarder vers l’avenir. »

Le ministre Hiram Lewis du ministère de la gestion des catastrophes aux Bahamas a remercié l’Église adventiste pour son engagement sans faille à apporter du secours ainsi qu’un leadership spirituel aux Bahamas. « Alors que nous avançons dans notre démarche pour nous rétablir, nous rendons grâce pour les vies qui sont en train d’être restaurées, » a déclaré Hiram Lewis. « Nous avons encore un long chemin à parcourir, mais nous déclarons qu’avec l’aide de Dieu, tout est possible. »

Le chef adjoint de l’opposition, l’Honorable Chester Cooper a remercié les dirigeants de l’église d’avoir organisé la réunion de prière spéciale pour la nation. Il a plaidé pour que l’église garde les personnes déplacées dans ses prières et continue de faire tout ce qu’elle peut pour subvenir aux besoins essentiels des personnes touchées. « S’il vous plaît, continuez à prier pour le gouvernement et l’opposition car la construction de la nation est une tâche difficile, » a dit Chester Cooper.

William Brown de Freeport, Grand Bahama, partage une vidéo récente montrant l’endroit où lui et sa famille ont dû nager dans 2 à 2,5 mètres d’eau pour se mettre en sécurité. [Photo : Capture d’écran]

Pasteur Peter Kerr, président de l’Église adventiste dans l’Union Caribéenne Atlantique qui supervise l’œuvre aux Bahamas, aux îles Caïmans et aux îles Turk et Caïcos, a déclaré qu’il y avait encore de nombreux besoins recensés parmi les habitants d’Abaco et dans les îles de Grand Bahama.

« Les confinements imposés ont ralenti certains de nos efforts de reconstruction, les volontaires ne voyagent plus, et nous faisons donc de notre mieux avec des fonds limités, des compétences et des travailleurs en nombre limité, » a dit pasteur Kerr. Pour l’instant, Abaco a été débarrassé de beaucoup de débris et a retrouvé un certain sens de la normalité, a-t-il expliqué.

« Pendant les deux premiers trimestres de l’année, les membres d’église étaient plus dispersés dans différentes îles, mais beaucoup sont revenus depuis l’été pour essayer de réparer leurs propriétés et de trouver un emploi sur l’île, » a dit pasteur Kerr. La pandémie a perturbé les réunions de l’église, mais les membres des deux églises de Marsh Harbour se réunissent en ligne pour des programmes de culte chaque semaine. A cause des restrictions, les services de culte en personne ne peuvent accueillir qu’un nombre limité de membres, a-t-il déclaré.

Le pasteur Peter Kerr, président de l’Église adventiste dans l’Union Caribéenne Atlantique, dit qu’il y a encore des travaux de reconstruction à faire à Great Abaco. [Photo d’archives : Libna Stevens / DIA]

Ile de Grand Abaco

Les membres de l’église adventiste de Marsh Harbour se réunissaient avec ceux de l’église adventiste haïtienne de Salem à l’École de Long Bay, une école appartenant à un membre de l’église, avant la pandémie. Toutes les deux ont vu 50 pourcents de leurs membres revenir sur l’île.

Le site de l’église adventiste haïtienne de Salem qui a été détruite, était maintenant prête à accueillir la construction d’une nouvelle structure, a dit pasteur Kerr. « Il y a un nouveau plan soumis au gouvernement pour une structure temporaire devant être installée sur le site, avec une dalle de béton et une charpente en bois.

Pasteur Peter Watson, qui est resté à Abaco pour s’occuper des congrégations et coordonner la reconstruction, a déclaré que la nouvelle structure devrait être achevée avant la fin de l’année.

Site où l’église adventiste haïtienne de Salem a été détruite par l’Ouragan Dorian à Marsh Harbour, Abaco, et est en train d’être préparé pour la reconstruction d’une structure plus temporaire pour que les membres puissent adorer et avoir un impact sur la communauté environnante. [Photo : Peter Watson]

La reconstruction a ralenti et a changé pendant le confinement alors qu’une équipe des États-Unis prévoyait d’apporter son aide à la réalisation du projet, d’après ce qu’a indiqué pasteur Watson, mais les dirigeants de l’église ont agi rapidement pour faire ce qu’ils pouvaient pour mettre en place un lieu de culte.

« Les membres de l’église de Salem attendent impatiemment d’avoir leur propre église pour continuer d’avoir un impact sur la communauté ici, » a dit pasteur Watson.

Les dirigeants de l’église considèrent des options pour que l’église adventiste de Marsh Harbour déménage et construise un nouveau lieu de culte depuis que Dorian a détruit la structure.

C’est un défi, a déclaré le pasteur Kerr. « Nous sommes toujours confrontés à des besoins réels que l’on retrouve parmi les habitants des îles. Les gens font de leur mieux avec ce qu’ils ont, » a-t-il déclaré. De nombreux villages sont toujours sans électricité en raison de la nature des réparations qui doivent être effectuées à Abaco.

Le bâtiment détruit de l’église adventiste de Marsh Harbour demeure tel quel. Les dirigeants de l’église cherchent à reconstruire l’église dans un autre endroit. [Photo : Peter Watson]

Grand Bahama

Grand Bahama est en bien meilleure forme, a dit pasteur Kerr. « L’église se débrouille bien, mais il y a encore des besoins en matière de logement et la réparation des maisons à terminer. »

En raison de la pandémie, l’école Grand Bahama Academy a été durement touchée financièrement, car il est plus difficile pour les parents d’envoyer leurs enfants dans des écoles privées. « Notre défi est de faire en sorte que les enseignants soient payés quand moins d’élèves se sont inscrits pour l’année scolaire, » a déclaré pasteur Kerr. L’école doit rouvrir ce mois-ci pour des cours en ligne grâce à un stock de tablettes et d’équipements fournis par l’Agence Adventiste de Développement et de Secours (ADRA) des Bahamas.

Il y a eu 74 décès liés à la COVID-19 aux Bahamas avec plus de 2500 cas positifs recensés jusqu’à la première semaine de septembre, selon les statistiques nationales.

ADRA Porto Rico a également aidé à financer les réparations de dizaines de maisons. « Il y a à peine deux semaines, nous avons reçu de Porto Rico des fonds supplémentaires pour aider à la réparation des toitures et pour les effets ménagers de 10 autres familles, » a déclaré pasteur Kerr. « Nous apprécions vraiment l’aide de donateurs et d’amis qui ne nous ont pas oubliés dans nos luttes et qui continuent de nous tendre la main.

Le président de l’église dans le Nord des Bahamas, Eric D. Clarke (à droite), parle au président de l’Union Portoricaine, Jose Alberto Rodriguez (deuxième à partir de la gauche) au sujet des besoins à Grand Bahama, alors que le président de l’Union Caribéenne Atlantique, Peter Kerr (à gauche) et le président de la DIA, Elie Henry (troisième à partir de la gauche), écoutent lors de la première visite sur l’île le 15 septembre 2019. ADRA Porto Rico a envoyé des fonds pour permettre de distribuer de la nourriture à des centaines de personnes au lendemain du cyclone, et a récemment envoyé des fonds pour achever la réparation des maisons de 10 familles à Freeport, Grand Bahama. [Photo d’archives : Libna Stevens / DIA]

Malgré les perturbations causées par la pandémie et l’incertitude et l’anxiété ressenties par de nombreuses personnes, l’église a redoublé d’efforts dans les îles pour apporter de l’espoir. De nombreuses églises se sont engagées dans des efforts d’évangélisation en ligne. En conséquence, plus de 50 nouveaux croyants se sont joints à l’église au cours des deux derniers mois, a déclaré pasteur Kerr.

Poursuivre les efforts de reconstruction

« Nous prenons soin les uns des autres avec ce que nous avons et le Seigneur continue de nous bénir, » a dit pasteur Kerr. Le sens de la famille parmi les adventistes du monde entier est quelque chose qui l’a profondément touché depuis le passage de l’ouragan. « J’ai appris à apprécier tellement plus l’amour et la compassion, l’affection, la sollicitude et le soutien que nous avons reçus de notre communauté de l’Église adventiste.

Il s’agit de savoir comment « nous devons nous valoriser les uns les autres, » a déclaré pasteur Kerr. « Ne prenez personne pour acquis. Appréciez les bénédictions que Dieu vous donne, les facilités et les commodités dont nous jouissons chaque jour. » Il s’agit d’apprécier l’opportunité d’améliorer la vie des autres et leur gagne-pain.

La réparation des toits et des maisons devrait reprendre dans les semaines et les mois à venir à mesure que les fonds seront disponibles, ont déclaré les dirigeants de l’église. [Photo : Union Caribéenne Atlantique]

« Nous ne sommes forts que dans la mesure où nous cherchons à rendre les autres forts et nous ne sommes en sécurité que quand nous cherchons à assurer la sécurité des autres, » a déclaré le pasteur Kerr. « Dieu continuera à veiller sur nous et nous continuons de prier pour sa protection et sa direction. »

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

En Inter Amérique, les dirigeants de l’Église envisagent d’élargir les Ministères Adventistes des Possibilités
L’importance de l’École du Sabbat
Au Costa Rica, les enseignants adventistes continuent de témoigner auprès des élèves et de leurs familles pendant la pandémie