Mots-clés les plus recherchés

Incendies près de la ville de Cobargo en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie. La maison où la communauté adventiste du septième jour de Cobargo se réunissait a été détruite. [Photo : compte Facebook « Adventistes Sud de la Nouvelle-Galles du Sud »]

Alors que la crise des feux de forêt en Australie se poursuit, ces dernières informations révèlent comment les membres de l’Église adventiste ont été touchés et ce que fait l’Église adventiste du septième jour pour soutenir les communautés touchées par les incendies.

La zone la plus durement touchée dans les Nouvelle-Galles du Sud

Cobargo, dans le sud-est de la Nouvelle-Galles du Sud (NSW), a été la zone la plus touchée de l’état, le village a été englouti par le feu. Sept familles adventistes ont perdu leurs maisons, leurs propriétés et leurs entreprises. La maison dans laquelle le groupe de Cobargo – 15 membres au total, y compris des enfants – avait l’habitude de se réunir, a également été détruite.

« La maison que nous utilisions pour nos services de culte a été complètement détruite, » a dit le pasteur de la congrégation locale, Dragan Kanazir. « Des maisons ont été détruites de Wandella jusqu’au nord à Batemans Bay. »

Julie Nagle, qui coordonne les ministères des Aborigènes et des insulaires du Détroit de Torres (ATSIM) pour la Fédération du Sud de la Nouvelle-Galles du Sud (SNSWC), est allée sur le terrain pour aider les équipes de suivi locales, visiter les centres d’évacuation et aider les communautés Aborigènes touchées par les incendies. Julie Nagle a rapporté qu’un membre de la communauté de l’église de Cobargo n’a pas été en mesure de faire face à l’idée de retourner sur sa propriété après avoir perdu sa maison et tous les souvenirs de sa défunte épouse dans les incendies. Son frère de 92 ans est décédé le 5 janvier.

Elle a indiqué que l’église prie pour lui et le soutient dans cette période difficile.

Pour aider à soutenir la communauté, l’église adventiste du septième jour de Bega a ouvert ses portes pour se transformer en centre d’évacuation, pouvant accueillir plus de 35 personnes et 15 chiens. Le hall de l’église était également utilisé pour le stockage des aliments.

« Quand nous avons remarqué que le centre d’évacuation de l’autre côté de la route devenait surchargé, nous avons pris rapidement la décision d’ouvrir l’église et de permettre aux gens d’utiliser le bâtiment, » a dit pasteur Kanazir. « A un moment, notre église ressemblait à l’arche de Noé ! »

L’église adventiste du septième jour de Bega entourée d’une épaisse fumée. [Photo : Fédération du Sud de la Nouvelle-Galles du Sud]


« Beaucoup de nos membres vivant à Batlow ont perdu des maisons ; l’un d’entre eux a perdu une maison à Tumut, mais deux autres se sont battus pour sauver leur propriété et ont réussi, » a déclaré Jeremy Taituave. « A Corryong, [le membre d’église et bénévole du Service Rural des Pompiers], Shirley Sprenger a perdu 20 hectares, mais apparemment, c’est peu par rapport à tous les autres. »

« Les autres centres d’évacuation n’acceptaient pas les animaux de compagnie, » a dit Sarina Taituave, directrice de l’Agence Adventiste de Développement et de Secours (ADRA) pour la SNSWC. « Nous prévoyons qu’il y aura toujours des gens à l’église de Bega pendant la majeure partie de cette semaine, mais une nouvelle évaluation sera faite à midi aujourd’hui. »

Au vu de la crise persistante, ADRA verse 500 dollars australiens (environ 350 dollars américains) aux familles dans le besoin dans tout le territoire de la fédération, et 2000 dollars australiens (environ 1400 dollars américains) aux églises qui aident leurs communautés. Jusqu’ici, ADRA a aidé 15 familles dans la région de la SNSWC.

La SNSWC et l’Union de Fédérations Australienne (AUC) fournissent également des aides financières en espèces aux membres, aux églises et à la communauté en fonction des besoins, et jusqu’à 5000 dollars australiens (environ 3500 US) sont prévus pour les familles qui ont perdu leurs maisons.

« Certaines [familles] ont perdu leurs maisons, des possessions ou une partie de leurs possessions, certaines ont été évacuées et incapables de retourner au travail, tandis que d’autres se portent volontaires pour le RFS au lieu de travailler et n’ont plus de fonds, » a expliqué Sarina Taituave.

La Prière en Plein Désespoir

D’après Jeremy Taituave, de nombreux membres des églises de Tumut, Corryong et Tumburrumba (NSW) ont perdu leurs maisons ou ont été évacués en raison des incendies ou de la fumée.

Une voiture a brûlé dans une « tornade de feu, » qui a ramassé le véhicule et l’a rejeté à plus d’un kilomètre de l’endroit où il était stationné. [Photo : Julie Nagle, Adventist Record]

Après avoir parlé à Shirley Sprenger au téléphone, Jeremy Taituave a déclaré qu’il y avait un sentiment de désespoir dans les communautés rurales et un besoin de nourrir l’espoir, de se rassembler et de s’encourager mutuellement.

« Nous allons rencontrer nos églises, avoir des rencontres, et discuter de la façon de réagir. Nous devons nous refaire émotionnellement et spirituellement ; nous allons ouvrir nos portes pour les prières, et après avoir parlé à Shirley [Sprenger], nous avons décidé de mettre en place le Programme de Guérison de la Dépression et de l’Anxiété [DARP], » a-t-il déclaré.

Pour soutenir les efforts humanitaires face à la sécheresse en 2019, ADRA SNSWC a financé la formation de conseillers DARP pour les représentants de 18 églises venus de toute la fédération. Les programmes seront exécutés au cours des mois à venir pour aider les familles en difficulté ou les bénévoles du RFS ayant subi un traumatisme.

Malgré le sentiment de désespoir, de nombreux volontaires et personnes déplacées ont été encouragés par la prière. Bénévole en première ligne, la coordinatrice de SNSWC ATSIM, Julie Nagle, partage activement sa foi en priant pour les pompiers et les bénévoles qui mettent leur vie en danger.

« Je conduisais et j’ai vu un camion de pompiers et j’ai dû m’arrêter, » a-t-elle déclaré. « Je me suis approché [des pompiers] et j’ai dit : ‘Cela vous paraitra peut-être un peu bizarre, mais je me sens poussée à venir prier avec vous et vos camions.’ L’un d’entre eux s’est retourné et a dit : ‘Oui, s’il vous plaît !’ Je n’avais aucune idée de ce que j’allais dire, mais une fois que j’ai posé la main sur ce camion, les mots sont venus : « Au nom de Jésus, où que ces roues se dirigent et où que ces pieds marchent, que tu bénisses leur générosité et leur compassion.’ Je le fais pour chaque camion, et ils ont été très reconnaissants. »

Certaines maisons sauvées, d’autres détruites

Les membres de l’église adventiste de Tumbarumba, Wayne et Sharon Ford, qui possèdent deux propriétés à Batlow et Tumbarumba, étaient directement dans la ligne de mire du feu à deux reprises mais ont réussi à s’échapper et leurs deux maisons sont intactes.

« Il y a eu deux incendies. Celui du mardi [31 décembre] est arrivé jusqu’à la porte arrière de notre maison ; il l’a contournée, » a expliqué Sharon Ford. « Nous avons perdu un hangar pour la tonte des moutons, et du matériel de pompage solaire. Nous avons un locataire dans l’autre maison, et elle a également été sauvée. Nous sommes vraiment reconnaissants. »

D’autres n’ont pas eu autant de chance Les maisons de nombreux voisins des Ford ont échappé au premier incendie mais ont été détruits par le deuxième incendie qui s’est déclaré juste trois jours plus tard.

« Notre nièce a tout perdu. Et une amie qui habite un peu plus bas sur la route a survécu au premier incendie et a pensé que les choses iraient bien parce que les arbres ont été brûlés – mais bien qu’ils aient brûlé à la base, le feu n’a pas atteint la canopée. Donc, cela également est parti en fumée, » a dit Sharon Ford.

Après avoir été évacués de la zone le 30 décembre, ceux qui reviennent et retrouvent leurs maisons totalement détruites réalisent que c’est une expérience très émouvante.

« Ils ne peuvent s’empêcher de penser à ce qu’ils ont perdu et à ce qu’ils n’ont pas emporté, » a dit Sharon Ford. « Quand on vous dit de partir, c’est un moment très émouvant quand vous devez décider ce avec quoi vous partirez. Vous prenez ce qui semble évident : les photos, le passeport et ce qui concerne l’entreprise, puis vous entrez dans le salon et vous vous rendez compte que vous ne pouvez pas prendre beaucoup de choses. Vous avez des liens émotionnels avec de petits objets aléatoires, et il est difficile de dire adieu. »

Malgré le stress et la dévastation qu’il y a tout autour, Sharon Ford a déclaré que sa foi avait été consolidée après les incendies. « Cela a été une opportunité de parler de [Jésus] avec les autres. Vu que c’est un petit village très uni, les gens disent ‘Que Dieu soit avec toi,’ et ce ne sont même pas des gens qui craignent Dieu. Beaucoup de personnes demandent des prières. »

« Ce qui nous a submergés, ce sont les appels de personnes que nous connaissons à peine et qui nous ont offert des lits et un logement, » a dit Sharon Ford. « Et même les entreprises ont dit de ne pas s’inquiéter au sujet du paiement des factures. Et je suis vraiment reconnaissant pour les prières des uns et des autres. »

La version originale de ce récit a été publiée par Adventist Record.

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

Les dirigeants de l’Église réagissent à la signature par un pasteur italien d’une charte œcuménique
L’Inter Amérique honore des dirigeants lors de la célébration du 25ème anniversaire du ministère auprès des enfants
Une expérience pratique pour des résidents en médecine lors d’un voyage missionnaire en République dominicaine