Le trésorier de l’Église adventiste, Juan Prestol-Puesán, explique qu’à la suite d’une demande de la Division Nord-Américaine à la Conférence Générale, d’ici 2030, chaque division contribuera au même pourcentage de ses revenus pour soutenir le siège de l’église mondiale. Puisque la contribution de la NAD a été historiquement plus élevée que celle des autres divisions, le vote pris lors du Concile Annuel le 14 octobre 2019 signifie qu’à partir de l’année prochaine, moins de fonds seront remis à la Conférence Générale. Photo : Réseau Adventiste d’Informations

L’idée de parvenir à la parité entre les divisions mondiales dans leur contribution en dîmes versées au siège mondial de l’Église adventiste, a dominé la discussion qu’ont eu les délégués lundi après-midi lors de la rencontre d’automne 2019 du Comité Exécutif de la Conférence Générale, appelée Concile Annuel.

La parité en matière financière décrit un scénario futur dans lequel les treize territoires adventistes mondiaux (appelés divisions) versent le même pourcentage de base de leur dîme au siège mondial de la dénomination, la Conférence Générale. La Conférence Générale utilise la partie de la dîme qui lui est allouée pour financer le fonctionnement du siège ainsi que les dotations, qui sont des fonds redistribués aux divisions mondiales par la Conférence Générale.

Comment Cela Fonctionne

La structure financière de l’Église adventiste comprend la dîme (10% du revenu d’un membre) versée à l’église locale. L’église locale envoie la dîme à la fédération locale, une unité administrative qui supervise une zone géographique définie. Bien que la plupart des fonds de la dîme demeurent dans la fédération afin de financer le fonctionnement, les salaires des pasteurs et d’autres projets missionnaires, une partie est envoyée à d’autres unités administratives, dont la Conférence Générale et ses divisions.

Historiquement, la Division Nord-Américaine (NAD) – le lieu de naissance de l’Église adventiste du septième jour – a contribué avec un pourcentage plus élevé de sa dîme à la Conférence Générale. Pas plus tard qu’en 2012, la contribution de la NAD à la Conférence Générale était de 8% de son montant de dîme, tandis que le reste des divisions contribuait à hauteur de 2%.

Un changement officiel dans le Manuel des Règlements de la Conférence Générale, voté par le Comité Exécutif de la Conférence Générale en 2011, a fait passer la contribution de la NAD de 8% à 5,85%. Le plan a été mis en place progressivement sur une période de huit ans et reflétait le besoin croissant en Amérique du Nord de financer des activités axées sur la mission.

En 2018, le Comité Exécutif de la NAD a demandé, par un vote officiel, de poursuivre la conversation avec la Conférence Générale afin d’envisager une plus importante réduction de la part de dîme versée à la Conférence Générale dans le but d’atteindre la parité (égalité) entre toutes les divisions.

La parité signifierait que l’Amérique du Nord ne serait plus perçue comme un « père dans la dénomination, mais plutôt comme un partenaire à égalité [avec les autres divisions] dans les responsabilités et le travail missionnaire, » a expliqué le trésorier de la Conférence Générale, Juan Prestol-Puesán.

La Proposition 

Après près d’une année de conversation et de dialogue avec et entre les divisions mondiales, il a été présenté aux membres du Comité Exécutif de la Conférence Générale, le 14 octobre, un plan qui amènerait progressivement à une situation de parité complète d’ici 2030. À partir de cette année-là, chaque division de l’église mondiale versera une contribution égale de trois pour cent de ses dîmes reçues à la Conférence Générale.

« Nous avons eu des rencontres très intenses et de qualité avec nos administrateurs de division, y compris de l’Amérique du Nord, » a déclaré le président de l’Église adventiste mondiale, Ted C. Wilson. « Nous avons eu d’importantes conversations. »

Selon la proposition, l’actuel règlement 235-19G de la Conférence Générale, intitulé Soutien de l’Œuvre mondiale (Partage des Ressources Financières), serait amendé pour inclure un tableau et des détails supplémentaires, ainsi que des explications indiquant la trajectoire vers la parité.

En présentant le règlement amendé, Ted Wilson a commencé par reconnaître le travail accompli par la NAD au fil des années pour développer une présence adventiste du septième jour dans le monde entier. Les participants ont répondu par des applaudissements et des « Amens. »

Juan Prestol-Puesán a approuvé : « Tous les territoires étrangers ont une dette de gratitude envers la Division Nord-Américaine. »

Discussion depuis l’Assemblée

Lors de commentaires faits en introduction, Ted Wilson a précisé que le dialogue impliquait une diversité de perspectives. « Tout le monde était-il d’accord ? Non, a dit Ted Wilson. « Mais la proposition contient des dispositions qui permettront une discussion. »

Les discussions dans l’assemblée ont fait ressortir cette diversité.

Après avoir remercié le personnel de la trésorerie de la Conférence Générale pour son travail sur la requête, le trésorier de la NAD, Randy Robinson, a expliqué : « C’est pour nous un privilège de pouvoir aider le champ mondial. Cela a été pour nous un privilège de le faire et nous continuerons de considérer comme un privilège pour nous de le faire. Nous sommes reconnaissants pour la mission qui est accomplie à travers le monde, mais nous sommes également conscients de la mission qui doit être accomplie en Amérique du Nord. Nous souhaitons transférer ces ressources sur le champ local. »

Des délégués de diverses régions du monde ont également exprimé leur gratitude envers la NAD pour sa contribution à la mission mondiale. « Au nom de notre partie du monde, je voudrais remercier la Division Nord-Américaine, » a dit Edward Tupa’i, président de l’Union de Fédérations du Pacifique en Nouvelle-Zélande. Edward Tupa’i a ensuite rappelé comment le missionnaire américain Stephen Haskell avait amené le message adventiste en Nouvelle-Zélande. « C’est une chose pour laquelle nous sommes éternellement reconnaissants. »

D’autres délégués ont exprimé leurs préoccupations quant à l’orientation de la proposition. Kathy Haycock Proffitt, membre laïc de la NAD, a suggéré que cette décision aurait un impact direct sur l’action missionnaire mondiale. « Je comprends l’idée de parité, mais malheureusement, cela ne comprendra pas une base égale pour tous, » a dit Kathy Haycock Proffitt. « Ceux qui ont le moins d’argent devront payer plus tout en recevant moins. »

D’autres délégués en dehors de la NAD ont approuvé la décision. « Je soutiens cette proposition à plus de 100%, » a dit Kenaope Kenaope, membre du Comité Exécutif venant de la Division de l’Afrique Australe et de l’Océan Indien. « Un enfant qui ne grandit pas devrait être une préoccupation pour un parent. Si à la NAD ils disent qu’ils ne peuvent plus être un père, très bien ! Vraiment, pourquoi devriez-vous avoir un enfant chez vous qui y reste pour l’éternité. Mettons l’accent sur la capacité qu’a le Dieu de l’église mondiale de prendre soin de nous. »

Décision

Après deux heures de présentation et de débat, les membres du Comité Exécutif ont voté en faveur de la proposition visant à mettre en œuvre les modifications proposées au Manuel des Règlements.

Thomas Lemon, vice-président général de la Conférence Générale, qui a présidé la discussion, a félicité les participants pour la tenue d’un dialogue de bonne facture. « Bien que notre préoccupation soit la progression de la mission, nous pouvons louer le Seigneur pour la mission qui a été accomplie parce que nous sommes ici dans un groupe qui représente une grande partie de la culture et des groupes qui composent notre monde. »

Après le vote, le président de la NAD, Dan Jackson, a remercié les délégués représentant près de 200 nations. « Je tiens à remercier nos frères et sœurs du monde entier pour le soutien de la Division Nord-Américaine. Merci beaucoup. Que Dieu vous bénisse. »

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

Des écoles adventistes en Bolivie menacées, les dirigeants appellent les membres à prier
L’Église adventiste au Guatemala encourage les valeurs chez les enfants de l’église et de la communauté
En Amérique du Sud, les dirigeants prient à l’apparition d’agitations politiques en Bolivie.