Le groupe de dirigeants et de délégués pose pour une photo lors de l’ouverture du premier Congrès des Ministères des Besoins Spéciaux, organisé par l’Inter Amérique à Villahermosa, dans l’état de Tabasco au Mexique, du 26 au 29 juin 2019. Des dizaines d’administrateurs, de pasteurs et de personnes ayant des besoins spéciaux, venus de toute l’Inter Amérique, se sont réunis pour considérer et répondre aux besoins des personnes en situation de handicap dans les églises et les communautés environnantes. Photo de Libna Stevens / DIA

2 Juillet 2019 | Villahermosa, Tabasco, Mexique | Libna Stevens / DIA

Hanel Iván Rosales a 26 ans. Il aime étudier la Bible et parler de Jésus à tous ceux qu’il rencontre. Hanel Rosales est aveugle de naissance, mais il connaît chaque titre et numéro de cantique par cœur et il a mémorisé une bonne partie de la Bible. Il est très actif à l’église adventiste Centrale Emiliano Zapata dans l’état deTabasco, au Mexique, où il est membre. Il fait partie des dizaines de personnes ayant des besoins spéciaux qui ont été honorées lors du Congrès des Ministères des Besoins Spéciaux organisé par la Division Inter Américaine pour l’ensemble du territoire du 26 au 29 juin 2019 à Villahermosa, dans l’état de Tabasco, au Mexique.

Hanel Rosales a ressenti qu’il y avait un besoin important pour l’église d’atteindre d’autres personnes comme lui, non seulement les aveugles, mais aussi les sourds, les muets, les personnes souffrant de handicaps physiques et les autres personnes ayant des besoins spéciaux. Il souhaite que les dirigeants de l’église soient conscients de ces besoins et y répondent.

Près de 200 administrateurs et directeurs de départements de la division, des unions, et des fédérations, ainsi que des interprètes, des aidants familiaux, et des personnes ayant des besoins spéciaux venus de toute la DIA ont assisté à ce congrès, le premier du genre sur le territoire. Pendant les quatre jours du congrès, les participants ont été invités à développer ce ministère auprès des personnes ayant des besoins spéciaux dans toutes les églises.

Hanel Iván Rosales, de Tabasco, invite la délégation du congrès à aller à la recherche de ceux qui ont des besoins spéciaux et à répondre d’abord à leurs besoins. Photo de Libna Stevens / DIA

Il s’agit « d’aller de l’autre côté, de trouver quelqu’un, de ne pas attendre que cette personne vienne à vous, » a dit Hanel Rosales, « cherchez à connaitre leurs besoins. Parlez-leur et répondez d’abord à ces besoins. » Une fois que ces trois étapes sont franchies, alors, a dit Hanel Rosales, « dites-leur comme Christ l’a fait : ‘Suivez-moi.’ »

Suivre les pratiques d’évangélisation de Jésus

C’est aussi simple que de suivre les pratiques d’évangélisation de Jésus, a déclaré Hanel Rosales en citant l’histoire de la femme Samaritaine dans Jean 4. « Le Sauveur nous dit que nous devons aller vers ceux qui ne connaissent pas Jésus, en particulier ceux qui souffrent, et subvenir à leurs besoins, comme il a subvenu aux nôtres. »

Cela signifie que l’église mondiale doit atteindre les 15% de la population mondiale, soit 1,1 milliard de personnes considérées comme étant en situation de handicap, a expliqué pasteur Larry Evans, assistant du président de l’église adventiste mondiale pour les Ministères des Sourds et des Besoins Spéciaux.

« Le monde nous a amené à changer notre façon de penser en considérant qu’une personne a de la valeur en fonction de ce qu’elle peut faire et perd de la valeur en fonction de ce qu’elle ne peut pas faire, » a dit Larry Evans, « et cette manière de penser a limité même le royaume de Dieu. »

Dr. Larry Evans, directeur des Ministères Adventistes des Sourds et des Besoins Spéciaux pour l’église mondiale, souligne qu’il faut une voix d’espérance qui parle à toutes sortes de personnes. Photo de Libna Stevens / DIA.

« Se pourrait-il que la mission de l’église soit limitée par le regard que nous portons les uns sur les autres ? » a demandé Dr Evans. « Notre manière de nous considérer les uns les autres doit être différente de celle que le monde nous a apprise. »

Il faut qu’il y ait une voix d’espérance qui parle à toutes sortes de personnes, a ajouté Larry Evans. « Cette voix c’est vous et moi. »

Devenir plus compatissant

L’objectif est de progresser afin de devenir une église plus compatissante et une église inclusive, a dit Larry Evans. « Dieu voudrait que nous soyons des personnes qu’il peut utiliser, car nous sommes tous une possibilité.

Le congrès avait pour objectif de créer une culture de prise de conscience en matière d’inclusion afin de faire évoluer les attitudes envers les personnes en situation de handicap ou ayant des besoins spéciaux, de permettre aux aidants et aux professionnels des besoins spéciaux d’acquérir de nouvelles compétences pour mettre en œuvre le ministère dans chaque église locale, a déclaré pasteur Samuel Telemaque, directeur des ministères des besoins spéciaux pour l’Église adventiste en Inter Amérique et principal organisateur du programme.

Pasteur Samuel Telemaque, directeur des ministères des besoins spéciaux, a déclaré que le programme avait pour objectif de créer une culture de sensibilisation à l’inclusion afin de faire évoluer les mentalités vis à vis des personnes en situation de handicap ou ayant des besoins spéciaux. Photo de Libna Stevens / DIA

La première étape pour aller de l’avant consiste pour « les dirigeants, les pasteurs et les présidents, à confesser à Dieu que nous n’avons pas été fidèles dans le ministère envers les personnes en situation de handicap, » a déclaré Samuel Telemaque. Le programme visait également à envoyer un message clair aux administrateurs et aux dirigeants afin de s’assurer que les lieux de culte et les écoles soient accessibles aux personnes souffrant de handicap physique.

L’étape suivante consiste à aller à la recherche et à identifier les personnes ayant des besoins spéciaux.

Le congrès comprenait des présentations et des séminaires sur les tendances actuelles dans le contexte des ministères des besoins spéciaux, sur les enfants autistes, les méthodes à utiliser dans l’enseignement des personnes en situation de handicap, sur la culture chez les sourds, sur ce que les aveugles voient, sur la surdité et ses causes, les troubles mentaux au foyer, la psychologie des personnes ayant des besoins spéciaux, sur les façons pratiques d’aider les personnes aveugles dans la communauté, et bien plus encore.

Parmi les intervenants, on peut citer : Dr. Larry Evans et pasteur Jeffrey Jordan des Ministères Adventistes des Besoins Spéciaux et des Sourds ; Tadia Rivero de la Division Trans-Européenne, pasteur Tomas Torres de la DIA, Faye Patterson de la DIA, Dr. Elvetha Telemaque de la DIA, Maria Cristina Rivera de l’Union Portoricaine, Marisol Cordón et Hilda Ortíz du Guatemala, Dr. Sergio Lepe du Mexique, entre autres.

Kathia Matamoros du Costa Rica prie en langue des signes pour clôturer le service du culte le sabbat 29 Juin 2019. Elle exerce un ministère auprès d’un groupe de malentendants au Costa Rica et travaille à la traduction de la Bible pour les sourds comme elle-même, avec la Société Biblique dans son pays. Photo de Libna Stevens / DIA

Certaines unions ont commencé à sensibiliser et à solliciter la participation active des membres de toutes les églises depuis le lancement du ministère en Inter-Amérique en 2014.

Inclusion totale, acceptation totale, accessibilité totale et aménagement total

Depuis, l’église en Jamaïque s’est engagée à veiller à ce que toutes les personnes ayant des besoins spéciaux reçoivent le même traitement et les mêmes privilèges que les autres, a déclaré pasteur Everett Brown, président de l’Église adventiste en Jamaïque.

« Pendant trop longtemps, nous avons été négligents, même indifférents, aux besoins des personnes souffrant de handicaps physiques dans nos églises et dans la communauté, » a dit pasteur Brown. « Ceux d’entre nous qui occupons des postes de direction dans l’église ont la responsabilité d’utiliser leurs positions d’influence pour provoquer les changements qui auront un impact et amélioreront le bien-être social, économique et spirituel des personnes ayant des besoins spéciaux. »

Everett Brown a expliqué que chaque église locale avait reçu le mandat d’élire un coordinateur des ministères des besoins spéciaux qui ferait partie du comité d’église, afin de s’assurer que chaque église observe le sabbat annuel de sensibilisation aux besoins spéciaux au mois de mars. De plus, les administrations des fédérations locales adventistes de l’île ont chacune signé un protocole d’accord en guise d’engagement, afin de veiller à ce que les personnes ayant des besoins spéciaux soient prises en charge, et que les églises soient facilement accessibles, et aussi que soient organisées des activités visant à fournir des provisions, des dispositifs d’assistance, de la nourriture, des vêtements et bien plus.

Le pasteur Coniel Morgan, qui exerce un ministère auprès d’un groupe de malentendants à l’église adventiste de Portmore en Jamaïque, apprécie la cérémonie d’ouverture du Congrès des Ministères des Besoins Spéciaux, le 26 juin 2019. Photo de Libna Stevens / DIA

L’église adventiste en Jamaïque a également mis en place sept clubs de langue des signes et une église pour les sourds, l’église adventiste du septième jour de Portmore avec un pasteur à temps plein qui dirige la communauté de 40 croyants, dont 28 membres baptisés.

« Notre accent est placé sur l’inclusion totale, l’acceptation totale, l’accessibilité totale, l’aménagement total, » a déclaré pasteur Brown.
« Les ministères des besoins spéciaux constituent une responsabilité du leadership, » a déclaré Everett Brown.

Aider les malentendants

Aider les sourds et les malentendants au Mexique, où plus de 700000 personnes sont en situation de handicap, a été un facteur de motivation pour l’église dans le Nord du Mexique.

Alvaro Perez de Sinaloa, dans le Nord du Mexique, lit la Bible lors du service religieux du 29 juin 2019. Photo de Libna Stevens / DIA

Déjà, l’église, en coordination avec l’Université de Montemorelos, a organisé un congrès pour les sourds en 2017, et a aussi réuni ses pasteurs, anciens, laïcs et les personnes en situation de handicap dans le cadre d’un sommet en 2015 afin de répondre aux besoins de ses membres ayant des besoins spéciaux.

« J’ai honte de reconnaître qu’en tant qu’église dans le Nord du Mexique, nous n’avons pas fait ce que nous devrions faire, » a déclaré Arturo King, président de l’Église adventiste dans le Nord du Mexique. « Le plus grand besoin est d’instruire l’église à propos des personnes ayant des besoins spéciaux. » Arturo King a déclaré qu’il a pu beaucoup apprendre en invitant des interprètes et des personnes ayant des besoins spéciaux à participer aux rencontres administratives de l’union qui se sont déroulées en mai.

Pour l’instant, l’église dans le Nord du Mexique a organisé pour plus de 50 interprètes adventistes, un deuxième atelier sur la langue des signes qui doit avoir lieu plus tard ce mois-ci à Villahermosa, dans l’état de Tabasco. En outre, l’église dans le Nord du Mexique soutient un congrès national adventiste annuel pour les sourds, qui a lieu chaque année depuis trois ans. Cette année, en octobre, plus de 300 personnes malentendantes, des interprètes et des dirigeants d’église, devraient assister à la quatrième édition de ce programme organisé en coordination avec l’Union du Sud-Est du Mexique et l’Union Mexicaine Inter Océanique, a déclaré David Maldonado, directeur des ministères des besoins spéciaux pour l’église dans le Nord du Mexique.

Rodrigo Martinez, qui étudie la théologie à l’Université de Montemorelos, veut devenir pasteur pour les malentendants et rêve de devenir missionnaire. Il a une déficience auditive depuis sa naissance. Photo de Libna Stevens / DIA

David Maldonado a déclaré que Rodrigo Martínez, étudiant en deuxième année de théologie à l’Université de Montemorelos et malentendant, avait visité plusieurs églises fréquentées par des membres sourds. Rodrigo Martínez, 25 ans, prêche en langue des signes et rêve de pouvoir voir se développer dans son pays de solides ministères des besoins spéciaux dans chaque église. « Je souhaite devenir pasteur missionnaire au Mexique, et ensuite parcourir le monde, exercer un ministère en Espagne, là où Dieu me conduira, » a dit Rodrigo Martinez.

L’Église adventiste dans le Nord du Mexique gère également l’École Adventiste Soledad Acevedo de los Reyes, dont le programme comprend des cours de langue des signes pour les élèves de la maternelle à la terminale, assurés par l’enseignante et interprète Monica Vera.

Aller à la recherche dans la communauté

Dans l’Ouest du Venezuela, les membres des églises locales ont reçu des informations au sujet de la signification des ministères des besoins spéciaux, et ont fait en sorte d’identifier des professionnels de santé dans chaque congrégation. Le plan était ensuite d’aller à la recherche des personnes ayant des besoins spéciaux dans la communauté, en commençant par la communauté située autour de l’église, à seulement 200 mètres à l’est, à l’ouest, au nord et au sud, » a dit Fernando Toala, directeur des ministères des besoins spéciaux pour l’Église adventiste dans l’Ouest du Venezuela.

En conséquence, l’église a commencé à identifier les besoins des personnes en situation de handicap : les aveugles, les sourds et les handicapés physiques et leurs familles.

Pasteur Fernando Toala (troisième à partir de la gauche), directeur des ministères des besoins spéciaux pour l’Ouest du Venezuela, prie avec sa délégation lors d’une session spéciale le 29 juin 2019.

« Nous avons trouvé 1700 personnes ayant des besoins spéciaux vivant à proximité des églises adventistes et nous avons commencé à aider 476 personnes de ce grand groupe maintenant, » a déclaré pasteur Toala. « L’église continue de travailler dur pour aider les personnes ayant des besoins spéciaux et partager l’espérance du salut, même au milieu de la crise économique qui a affecté notre pays. »

De plus, la formation en langue des signes a commencé à être dispensée dans les clubs de Chefs-Guides et d’Éclaireurs. En outre, l’église a achevé les leçons de l’étude biblique La Foi de Jésus en langue des signes.

« Chaque personne ayant des besoins spéciaux a des capacités spéciales, et nous voulions nous assurer qu’elles avaient l’opportunité de participer pendant tout le programme, » a déclaré pasteur Telemaque. « Nous devons nous assurer que tous sont inclus dans la vie de l’église… de telle sorte que lorsqu’ils retourneront chez eux, dans leurs régions respectives, des congrès similaires des ministères des besoins spéciaux seront organisés dans les différentes unions et fédérations dans tout le territoire. »

Samuel Telemaque a encouragé chaque groupe d’unions et de fédérations à concevoir un plan permettant à l’église d’identifier les problèmes, de créer une déclaration de mission avec des objectifs, d’établir un plan d’action, de gérer un budget et d’évaluer le plan.

Une partie de la délégation de la Fédération du Sud de la Caraïbe, qui se trouve à Trinidad-et-Tobago, discute des plans d’action à mettre en place pour s’occuper des personnes ayant des besoins spéciaux dans leurs églises et leurs communautés, lors d’une séance de travail en groupe le 27 juin 2019. Photo de Libna Stevens / DIA

« Il y a un changement majeur qui se produit dans l’église, » a déclaré pasteur Telemaque. « En tant qu’église, nous devons continuer de créer une culture de sensibilisation et d’inclusion afin de changer les attitudes envers les personnes ayant des besoins spéciaux. »

Pour voir une galerie de photos du Congrès des Ministères des Besoins Spéciaux organisé par l’Inter-Amérique, cliquez
ICI

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

Les adventistes vivent plus longtemps, mais tous les adventistes ne sont pas pareils
À Oshkosh, une expérience virtuelle avec David et Goliath, et des pin’s !
La convention annuelle d’ASi Inter Amérique s’ouvre bientôt aux Bahamas