Mots-clés les plus recherchés

La musique utilisée à des fins thérapeutiques montre qu’il y a une harmonie entre le cerveau et le corps, a déclaré l’intervenante de la session plénière, Bronwen Landless, lors de sa présentation faite lors de la 3ème Conférence Mondiale sur la Santé et le Mode de Vie à l’Université de Loma Linda le 10 juillet 2019. « C’est un fait merveilleux et un mystère. » Photo : Réseau Adventiste d’Informations

La musique est bien plus que du divertissement, a déclaré Bronwen Landless, intervenante de la séance plénière, aux plus de 800 participants venus de 106 pays, lors de la 3ème Conférence Mondiale sur la Santé et le Mode de Vie, qui s’est tenue à l’Université de Loma Linda du 9 au 13 juillet 2019.

« Individuellement et collectivement, nous, humains, reconnaissons le pouvoir qu’a la musique » de motiver, d’inspirer, de changer et de nous guérir, a dit Bronwen Landless. « C’est un merveilleux mystère. »

La musique était utilisée de manière thérapeutique dès 1025 av. J.-C., dans l’histoire biblique de David, lorsqu’il jouait de sa harpe pour le roi Saül, a déclaré Bronwen Landless, professeure adjointe de musicothérapie au Conservatoire Shenandoah de l’Université de Shenandoah à Winchester, en Virginie, aux États-Unis. « Saül ‘respirait alors plus à l’aise et se trouvait soulagé, et le mauvais esprit se retirait de lui.’ »
(1 Samuel 16:23, LSG), a-t-elle fait observer.

C’est lorsque la musique en tant que thérapie a été reconnue et utilisée dans les hôpitaux de l’Administration des Vétérans (VA) aux États-Unis dans les années 1940, après la Seconde Guerre Mondiale, que le besoin d’une formation officielle aux États-Unis est devenu évident, a dit Bronwen Landless.

« Un règlement officiel sur l’utilisation de la musique dans les hôpitaux militaires indiquait que la musique devrait être utilisée pour aider à la remise en condition physique et éducative, à la réinsertion sociale et au traitement neuropsychiatrique, » a-t-elle déclaré. « A ce stade, la plupart des services de musicothérapie étaient proposés par des musiciens et des employés d’hôpitaux. »

Bronwen Landless, qui intervenait en séance plénière, a déclaré que, depuis les temps bibliques, la musique était utilisée à des fins thérapeutiques. « Tant au niveau individuel qu’au niveau collectif, nous, humains, reconnaissons le pouvoir qu’a la musique » de nous motiver, nous inspirer, nous changer et nous guérir, a-t-elle souligné. Bronwen Landless est intervenue lors de la 3ème Conférence Mondiale sur la Santé et le Mode de Vie à Loma Linda, en Californie, aux États-Unis, le 10 juillet 2019. Photo : Réseau Adventiste d’Informations

L’Association Nationale de Musicothérapie (NAMT) a ensuite été créée en 1950, officialisant la profession de musicothérapie aux États-Unis. La création de l’Association Américaine pour la Musicothérapie a suivi en 1971 et, en 1998, les deux associations ont fusionné pour former l’Association Américaine de Musicothérapie (AMTA).

Qu’est-ce que la Musicothérapie ?

L’AMTA définit la musicothérapie comme étant l’utilisation clinique, et basée sur des éléments avérés, de la musique, pour atteindre des objectifs thérapeutiques chez les patients, à la fois individuellement et en groupes, a expliqué Bronwen Landless. Elle a ajouté que cette thérapie doit être pratiquée par des professionnels accrédités ayant suivi un programme de musicothérapie approuvé.

« Ce type de thérapie, en tant que profession, s’appuie sur des théories issues d’autres disciplines telles que la médecine, la psychologie, la neurologie et la musique – ainsi que sur la recherche et la pratique, » a-t-elle déclaré. « Les musicothérapeutes amènent les clients à participer activement en jouant des instruments de musique, en chantant, en faisant des mouvements physiques et en écoutant. »

Diverses formes de musicothérapie sont utilisées pour atteindre des objectifs tels qu’une plus grande insertion sociale et une plus grande capacité à établir des contacts, l’amélioration de la capacité à mémoriser et à se rappeler, une qualité de vie améliorée et le maintien de la motricité globale et fine, a expliqué Bronwen Landless. Se référant à la musicothérapie qui implique des adolescents travaillant ensemble en tant que formation musicale, Bronwen Landless a fait remarquer que les jeunes « développent les compétences inhérentes au fait de jouer en tant que groupe, telles que l’écoute active, le travail en équipe, la régulation des émotions, et la résolution des conflits. »

« Ils travaillent également à améliorer leur estime de soi en accomplissant quelque chose qu’ils ont décidé de faire, en acquérant de nouvelles compétences, et en s’exprimant à travers la musique, » a-t-elle ajouté.

Parmi les autres avantages de la musicothérapie pour tous les groupes d’âge, citons la diminution du stress, le fait de ne plus se concentrer sur la douleur, une plus grande relaxation et la connexion avec les autres.

Un exemple des avantages de la musicothérapie, cité par Bronwen Landless, est celui d’un enfant autiste ne pouvant s’exprimer verbalement « qui rencontre dans la musique le musicothérapeute lorsqu’ils font de la musique ensemble. » Cela « favorise l’acceptation, la connexion et la valorisation, sans qu’aucun des deux ne soit obligé d’utiliser des mots, » a-t-elle dit.

D’après Bronwen Landless, la musicothérapie pourrait également aider les patients atteints de la maladie d’Alzheimer et de démence, du trouble de déficit de l’attention, de paralysie cérébrale, des troubles de la communication, de trisomie 21, du trouble de stress post-traumatique, de maladie mentale et de troubles de l’apprentissage, entre autres.

En décrivant quelques-uns des principes fondamentaux du travail avec diverses personnes dans le contexte de la musicothérapie, Bronwen Landless a déclaré que « l’utilisation de la musique préférée des clients est l’un des principes directeurs les plus importants et exige que les musicothérapeutes du monde entier exercent d’une façon qui mettent le client au centre, faisant constamment preuve de sensibilité culturelle et d’humilité.

« Nous utilisons donc une grande variété de genres pour impliquer activement les gens dans la musique à des fins thérapeutiques, » a-t-elle déclaré.

Bronwen Landless a également souligné l’importance d’exercer une intentionnalité, une éthique et une responsabilité positives lors de l’utilisation de la musique, tant dans le cadre du travail que dans la vie personnelle.

Difference entre Musique et Langage 

La différence entre musique et langage, a expliqué Bronwen Landless, est que « la musique est présente dans tout le cerveau, » tandis que le langage est « localisé. » Si une lésion survient dans le cerveau dans les zones spécifiques du langage, a-t-elle expliqué, « des déficits importants peuvent se produire dans la parole et le langage. »

« Les patients qui ont subi un AVC et qui ne peuvent pas parler, sont encore capables de chanter toutes les paroles de certaines chansons, » a-t-elle déclaré. « Grâce à la neuroplasticité de notre cerveau, nous pouvons utiliser la musique pour former des « détours » contournant les zones endommagées, créant ainsi de nouveaux chemins neuronaux nous permettant de réhabiliter la parole en commençant par le chant. »

un Cerveau Incroyable

« Nous avons beaucoup appris, et nous avons des preuves tangibles que notre cerveau et notre corps sont conçus pour la musique, » a déclaré Bronwen Landless. « Cela nous offre des opportunités impressionnantes pour la connexion, l’inspiration et la guérison.

« Quel fait merveilleux et quel mystère. »

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

Des bénévoles soutiennent des familles vénézuéliennes à Maranhão
Les dirigeants Inter Américains constatent de leurs yeux la destruction causée par l’Ouragan Dorian
Un nouveau centre de santé aux empreintes adventistes en Biélorussie