Les plus hauts dirigeants de la Division interaméricaine des adventistes du septième jour ont clôturé le deuxième jour de réunions administratives de mi-année en s’engageant à répandre la mission de l’Église à l’aide de stratégies, d’initiatives et d’activités qui viseront à influencer concrètement le territoire au cours des quinze prochains mois. Plus de 130 dirigeants d’églises se sont rassemblés pour les réunions du comité exécutif des 29 et 30 avril derniers. Une photo de Keila Trejo/DIA.

Le 12 mai 2019 | Miami, Floride, États-Unis | Libna Stevens/DIA

« Je ne sais pas dans quel état d’esprit vous quitterez cette réunion, mais nous avons toujours une grande mission à accomplir », a dit le président de la Division interaméricaine (DIA), le pasteur Elie Henry, alors que des dizaines d’administrateurs et de dirigeants de l’Église clôturaient leurs réunions administratives.

« Le champ à préparer est encore très vaste et le message est toujours à répandre. C’est pourquoi nous devons rentrer à la maison et motiver les membres de nos églises et inspirer les comités d’église à prendre de solides et audacieuses décisions afin qu’il se passe des choses extraordinaires pour Dieu », a dit le pasteur Henry.

« Il n’est pas question de mettre des délais précis sur l’accomplissement de la mission, mais il est toujours approprié de prêcher la parole de Dieu et de faire sa volonté. »

Cet appel est venu clôturer ces réunions de mi-année de la Division interaméricaine tenues à Miami, en Floride, les 29 et 30 avril derniers, où plus de 130 membres du comité exécutif ont voté des stratégies, des plans, des politiques et des événements visant à répandre la mission de l’Église dans les grandes villes et les régions rurales au cours des quinze prochains mois.

Le président de la Division interaméricaine, le pasteur Elie Henry (au centre), a mis les administrateurs et dirigeants au défi de redoubler d’efforts et de mettre l’accent sur l’expansion de la mission de l’Église. Une photo de Keila Trejo/DIA.

La stabilité financière

Cette mission ne pourra être accomplie que grâce aux dîmes et aux offrandes des membres fidèles de l’Église qui sont dévoués à la propagation de l’évangile dans tous les coins du territoire et partout dans le monde, a dit le pasteur Filiberto Verduzco, trésorier de l’Église interaméricaine, en présentant la stabilité financière de 2018 ainsi que les projections pour l’année en cours.

« Aucun élément dans le système financier de cette organisation n’est plus important que le membre d’église, a-t-il ajouté. Maintes et maintes fois, les membres de la DIA ont été poussés par le Saint-Esprit à donner généreusement afin de permettre le financement de la mission. »

En 37 ans, seulement quatre années ont enregistré une croissance négative, a-t-il expliqué. En 2018, année charnière de notre système financier, le pourcentage de croissance des salaires a été de 10,14 % malgré toutes les faibles monnaies qui existent sur notre territoire. La croissance annuelle moyenne au cours des 37 dernières années a été de 6 %.

En comparaison, les offrandes missionnaires lors de cette période ont augmenté, en moyenne, de 5 % par année. Par contre, en 2018, les offrandes ont augmenté de 11 %. « Nous louons le Seigneur pour avoir béni les membres d’un esprit de gratitude et d’engagement envers la mission », a dit le pasteur Verduzco.

Le pasteur Filiberto Verduzco, trésorier de l’Église interaméricaine, expose l’engagement extraordinaire des membres fidèles du territoire, car ce sont eux qui financent la mission de l’Église par leurs dîmes et leurs offrandes. Une photo de Keila Trejo/DIA.

La transparence et la responsabilité

Il faut prendre attentivement soin de chacun de nos membres, car rien n’est plus important qu’eux dans l’Église, a dit le pasteur Verduzco.

« En tant qu’administrateurs, nous devons être transparents, responsables et efficaces afin qu’ils continuent de donner avec confiance, a-t-il ajouté. Voilà la responsabilité première que l’Église nous a donnée, car ce sont les dîmes et les offrandes qui financent notre mission. »

Et cette transparence, cette responsabilité et cette efficacité doivent se retrouver à chaque niveau administratif, de l’église locale aux fédérations, aux unions et jusqu’à la Division, afin que le système financier interaméricain puisse bien fonctionner.

Actuellement, le membre d’église interaméricain moyen donne 0,34 $ US en offrande pour chaque dollar de dîme, a rapporté le pasteur Verduzco. Le défi des administrateurs et des dirigeants est de redoubler d’efforts afin d’atteindre l’objectif mondial de 0,50 $ par dollar de dîme.

Les principaux administrateurs de l’Union de la Caraïbe atlantique à l’écoute lors d’une réunion du comité exécutif du 30 avril. Une photo de Keila Trejo/DIA.

Voilà un défi que l’Église interaméricaine peut relever par un travail acharné et de belles initiatives et activités sur l’économat, d’ailleurs déjà en train de se multiplier partout sur le territoire.

Le personnel trésorier a également présenté le rapport financier de 2018, le budget opérationnel de la Division pour les cinq prochaines années, l’environnement légal de plusieurs pays du territoire et son impact sur le fonctionnement de la DIA. On a également examiné les notes de la vérification de 2017, le service d’inspection et de supervision financières des églises et des entités de l’Église devant être vérifiées ainsi que l’information financière pour les centaines de délégués de la Session de la Conférence générale de l’année prochaine.

Au 31 mars 2019, le fonds de roulement de la DIA était à 239 % et la liquidité à 217 %.

Les membres du comité exécutif ont aussi voté l’approbation d’autres initiatives et événements qui relèveront comme suit des trois principaux objectifs de la DIA, c’est-à-dire l’évangélisation, l’éducation et le service communautaire :

Le livre missionnaire de l’année 2020 qui sera distribué partout sur le territoire de la DIA est Hope Beyond Tomorrow de Mark Finley. Les deux maisons d’édition de la DIA, la IADPA et la GEMA en imprimeront plus de 10,5 millions d’exemplaires.

Cecilia Iglesias, directrice adjointe des ministères de la famille pour l’Église interaméricaine, présente la première retraite pour enfants de pasteur du territoire qui se tiendra les 7 et 8 février 2020. Une photo de Keila Trejo/DIA.

Le sommet sur la santé de la DIA aura pour but de promouvoir la santé parmi les administrateurs, les dirigeants d’églises et les directeurs des ministères de la santé de tout le territoire. L’événement se déroulera du 21 au 27 janvier 2020 dans un lieu à déterminer.

La retraite pour les enfants de pasteur constitue le premier événement de ce type axé sur le soutien et le développement des enfants de pasteur en Inter-Amérique. L’événement est prévu pour les 7 et 8 février 2020 à Miami, en Floride.

Le congrès sur l’école du sabbat et les ministères personnels pour les trois Amériques se tiendra du 23 au 26 février 2020 à Cancún, au Mexique. Des délégués des divisions sud-américaine, interaméricaine et nord-américaine seront présents.

Le congrès des ministères personnels de la DIA suivra la convocation des trois Amériques à Cancún le 27 février.

Les membres du comité ont également nommé Adolfo Ruiz comme directeur général des quatre entreprises d’aliments santé du Mexique et Juan Martin comme directeur général des neuf entreprises d’aliments santé d’Amérique centrale, des Antilles, de la Colombie et du Venezuela. Ils travaillaient tous les deux depuis des dizaines d’années pour l’Inter-American Health Food Company, M. Ruiz comme directeur de la production et M. Martin comme directeur des finances, sous la direction générale, depuis 2015, de Filiberto Verduzco.

L’administration de la Division interaméricaine continuera de superviser l’Inter-American Health Food Company.

Pour en apprendre davantage sur l’Église adventiste du septième jour en Inter-Amérique et sur ses activités et événements, veuillez visiter interamerica.org.

Traduction : Marie-Michèle Robitaille

Top news

Les éclaireurs cherchent à battre un record mondial du Guinness lors du Camporée International
Une Tranche de Vie dans le Hangar
Dans le Nord de la Colombie, l’Université Adventiste offre des opportunités de création d’entreprise aux familles de migrants du Venezuela