Mots-clés les plus recherchés

Le rôle essentiel des abeilles. Un sourire intelligemment conçu. Le plus petit moteur au monde. Projets de restauration écologique. La théologie du recyclage.

Tous ces sujets et de nombreux autres ont été exposés dans des dizaines de stands et d’expositions interactifs et colorés lors du Sommet de la Journée de la Terre parrainé par l’Église adventiste du septième jour à Toronto au Canada, le 21 avril 2019.

Le programme, qui a eu lieu à la veille de la Journée de la Terre, a attiré des membres d’église et une communauté majoritairement non religieuse, en s’assurant que les présentations s’appuient sur une base scientifique avérée tout en ayant une tournure clairement biblique.

Pourquoi une Journée Adventiste de la Terre

Le moment où intervient le Sommet de la Journée de la Terre, intitulé « Sa création, Notre responsabilité d’en Prendre soin, » ne pourrait être mieux choisi, ont dit les organisateurs. Lors des remarques préliminaires de la journée, les organisateurs ont noté que, depuis 1970, année de la célébration de la première Journée de la Terre, la fonte des glaces s’accélère, le niveau de la mer continue de monter, les populations animales ont diminué et plus de 170 espèces animales ont disparu.

Lors du Sommet de la Journée de la Terre, le 21 avril 2019, le mur d’exposition présentant certaines des affiches préparées par des écoliers des neuf écoles adventistes du septième jour de l’Ontario au Canada. Un jury a sélectionné les gagnants dans plusieurs catégories et leur a remis des prix. Photo : Dan Weber, Division Nord-Américaine

« La Journée de la Terre a contribué à sensibiliser la population aux problèmes environnementaux, » ont déclaré les organisateurs.

Mais pourquoi les chrétiens devraient-ils se soucier de l’environnement ?

Premièrement, parce que les chrétiens suivent Jésus, qui a passé beaucoup de temps loin des foules, dans la nature, appréciant la création, a déclaré Timothy Standish, scientifique de l’Institut de Recherche Géoscientifique, dans ses remarques introductives. « Nous croyons aussi que Dieu se soucie des moindres petites choses et qu’il nous a donné la responsabilité en tant qu’intendants, de prendre soin de sa fantastique création, » a-t-il déclaré.

Plus précisément, il a été noté que les adventistes du septième jour devraient insuffler un sens nouveau à cette célébration souvent dénuée de toute dimension religieuse.

« Il s’agit avant tout d’être pertinent dans notre société, compte tenu de l’apport de stratégies de gestion bibliquement fondées dans le cadre du changement climatique, » a déclaré le président de la Fédération de l’Ontario, Mansfield Edwards, qui a d’abord présenté l’idée de cette initiative aux membres de son territoire en 2016. « Je suis convaincu que les adventistes du septième jour devraient être parmi les principaux promoteurs de la Journée de la Terre en tant qu’intendants de la création de Dieu. »

Richard Aguilera, qui dirige un ministère de science et de religion mettant l’accent sur la mise à disposition de ressources auprès des enfants et des jeunes chrétiens, accueille certains des jeunes participants à l’une de ses présentations. Photo : Division Nord-Américaine

Consolider Notre Foi

Dans le cadre de l’organisation du programme, Mansfield Edwards a réuni certains des esprits scientifiques les plus brillants de l’Église adventiste en provenance d’Amérique du Nord et d’ailleurs.

« C’était une idée audacieuse, » a déclaré Halsey Peat, adjoint du président de la Fédération de l’Ontario, soulignant les deux années de préparation pendant lesquelles le programme était en chantier. Plus de 1000 personnes sont venues au Centre International de Toronto le jour de la tenue du Sommet. « Je ne suis pas sûr que nous ayons compris à l’époque à quel point c’était audacieux. »

L’objectif du programme était d’abord, a indiqué Mansfield Edwards, « de répondre aux questions soulevées par l’évolution et de montrer comment la croyance en un Dieu Créateur peut reposer sur des preuves scientifiques. »

Par extension, a souligné Mansfield Edwards, un des objectifs importants était de fournir des ressources aux jeunes adventistes qui étudient dans des écoles publiques, où, selon lui, « ils sont bombardés avec l’évolution par des enseignants et des professeurs athées. »

En tant que membres et dirigeants d’église, nous sommes en partie responsables, a reconnu pasteur Edwards. « En l’absence de possibilités d’entendre ou de voir des preuves scientifiques contraires qui parlent d’un Dieu créateur, l’influence de ces professeurs peut souvent être profonde, » a-t-il déclaré. « L’un des objectifs de ce sommet était de donner à nos jeunes dans les écoles secondaires et dans les universités, l’opportunité d’entendre ce que les scientifiques adventistes ont à dire. »

Une jeune fille note son engagement à prendre soin de la nature sur le « Mur de l’Engagement, » un tableau blanc composé de six panneaux où les participants au Sommet de la Journée de la Terre, pouvaient indiquer une mesure spécifique qu’ils s’engagent à prendre pour être de meilleurs intendants de la création de Dieu. Photo : Daniel Weber, Division Nord-Américaine

Comme prévu, le programme a offert de nombreuses opportunités aux participants d’entendre des experts dans divers domaines de la recherche scientifique, comme la physique, l’archéologie, la biologie marine, la foresterie, l’immunologie, la toxicologie, l’ornithologie et l’épidémiologie, entre autres. La salle d’exposition comprenait des stands de l’Institut de Recherche Géoscientifique de l’Église adventiste, de l’Université Loma Linda, de l’Université d’Andrews, de l’Université du Nord de la Caraïbe, de l’Université Burman et d’autres organisations qui sponsorisent.

A une époque où les recherches montrent que de nombreux jeunes adventistes considèrent leur église comme étant anti-science, Mansfield Edwards a déclaré qu’il était primordial d’ouvrir la voie à une discussion franche.

« Nous devons aider nos jeunes et tous les membres d’église à avoir une compréhension plus claire de la foi et de la science afin qu’ils puissent réconcilier les deux visions du monde, » a-t-il déclaré. « Nous devons aider les autres à apprendre à voir la science à la lumière des Écritures. »

Un Outil d’Action Missionnaire

Un Sommet Adventiste de la Journée de la Terre n’est pas simplement un exercice tourné vers nous, a dit pasteur Edwards. Il peut aussi être un puissant outil d’action missionnaire.

« Nous croyons fermement que [le programme] peut être évangélique, » a-t-il déclaré. « Beaucoup ont simplement adhéré à la théorie de l’évolution en l’absence d’une alternative crédible. Nous utilisons donc ce programme pour atteindre le grand public avec le message créationniste. »

Avec plus d’un millier de participants pour la journée, il était de plus en plus difficile de parcourir des dizaines de stands interactifs car des centaines de personnes s’arrêtaient pour en apprendre davantage sur la biologie, l’archéologie, la physique, et bien plus, lors du Sommet de la Journée de la Terre qui était parrainé par l’Église adventiste et qui s’est déroulé à Toronto, dans l’Ontario au Canada le 21 avril 2019. Photo : Dan Weber, Division Nord-Américaine

Les efforts des organisateurs ont porté leurs fruits ; en effet des membres de la communauté ont parcouru les stands, recevant des informations scientifiquement crédibles mais bibliquement fondés sur des sujets aussi variés que la pollution de l’air et des sols, la nourriture végétarienne, les voitures vertes et la complexité du cerveau humain.

Dans le cadre de leurs efforts visant à toucher la communauté du Grand Toronto – une région de 6,5 millions d’habitants -, les organisateurs ont remis des prix à quatre entreprises ou organisations locales qui ont excellé dans les pratiques écologiques. La ville voisine de Markham, surnommée « la ville la plus verte du Canada » pour ses projets de recyclage et d’énergie solaire, et la police régionale de York, qui collabore avec la communauté pour améliorer les conditions de vie en tenant compte de la préservation et de la durabilité.

« Nous sommes honorés d’être entourés et soutenus par un tel réseau d’amis, » a dit Mansfield Edwards.

Laisser une Marque

Les membres de l’Église, les dirigeants et les visiteurs de la communauté ont tous dit qu’ils avaient été touchés positivement par ce programme d’une journée qui, en plus des stands interactifs, comprenait une exposition d’affiches des élèves d’écoles adventistes sur l’intendance et la préservation de la Terre. Il incluait également un « mur d’engagement, » où les gens pourraient s’arrêter pour noter un changement spécifique qu’ils prévoient d’introduire dans leur vie afin de devenir de meilleurs intendants de la terre et de ses ressources naturelles.

« Ce programme est un exemple clair de la manière d’être un exemple, » a déclaré Lael Caesar, rédacteur adjoint de Adventist Review Ministries (ARMies), en félicitant les organisateurs. ARMies est l’un des co-sponsors du Sommet de la Journée de la Terre et a publié et distribué un numéro spécial sur les adventistes et l’environnement.

Daniel Sanchez, un pasteur adventiste de la région de Toronto, a exprimé son accord. « Aujourd’hui, je peux dire que je me sens vraiment fier de mon église, » a-t-il déclaré. « Cela me rend fier de voir le programme impressionnant que les organisateurs ont mis en place. »

« C’est une excellente initiative, » a déclaré Quame Scott, membre d’église, qui a conduit cinq heures en voiture pour assister au programme. « Tout autour de nous, je rencontre des jeunes qui demandent : pourquoi l’église est-elle si silencieuse et ne réagit-elle pas à toutes les informations erronées que dispensent les médias [sur les origines] ? » a-t-il dit. « Ce programme indique que nous commençons à aller dans l’autre direction. »

Un scientifique, membre d’église laïc, Jack Polihronov, a trouvé une autre raison de se réjouir de la tenue de ce programme. « J’ai été scientifique toute ma vie, mais jusqu’à présent, je n’avais jamais trouvé une occasion comme celle-ci pour partager le résultat de mes recherches avec d’autres membres d’église et les habitants de la communauté, » a-t-il déclaré. « Je n’ai jamais vécu une telle chose. »

En fin de compte, cependant, il ne s’agit pas tant d’enrichir d’autres personnes que de notre propre relation avec le Créateur à travers sa création, ont affirmé les organisateurs. Dans sa prière d’ouverture, le président de l’Église adventiste du septième jour au Canada, Mark Johnson, a remercié Dieu de ce que, dans la nature, nous pouvons anticiper la promesse d’une nouvelle création.
« Merci pour la majesté et la fragilité [de la nature,] » a-t-il déclaré, un emblème de ce que tu [Dieu] veut faire. »

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

Les expériences négatives vécues pendant l’enfance peuvent être mortelles, mais il y a de l’espoir, dit une experte
En Amérique du Nord, un sommet met l’accent sur la façon d’identifier et de mettre fin à la maltraitance
Le site internet du sabbat de la Création mis à jour à temps pour l’événement d’octobre