Mots-clés les plus recherchés

Daniel le prophète. Photo de Adventist Review/ARTv

Du 30 août au 8 septembre 2018, quatre ministères par les médias ont réuni une équipe de huit membres très qualifiés venus de cinq pays et de quatre continents ; une équipe de production marocaine professionnelle ; le célèbre cadre de Ouarzazate servant de décor à bien des films bibliques; et 165 acteurs et figurants locaux qui jouent avec passion et savoir faire les rôles de personnages bibliques, pour donner naissance à une production cinématographique très réussie sur le livre de Daniel.

L’équipe de tournage, qui est composées de personnes compétentes en matière de réalisation, de photographie, de technologies des médias, de mise en scène et de production, s’est retrouvée dans la petite ville cinématographique marocaine de Ouarzazate qui borde le Désert du Sahara et l’Afrique du Nord-Ouest.

Cette ville est devenue un site majeur pour les réalisateurs du monde entier désireux de tourner des films bibliques et historiques, et aussi pour les touristes qui viennent voir où leur film préféré a été tourné.

A Propos de la Vie de Daniel

Le projet actuel est la deuxième production d’une équipe Adventiste du Septième Jour à Ouarzazate. En 2013, la série sur la prière organisée par l’Église Adventiste mondiale y a été tournée dans le cadre de l’initiative de Réveil et de Réforme de l’Église. Daniel, le projet de cette année, a vu Adventist Review Ministries s’associer à trois autres ministères Adventistes par les médias – Little Light Studios, des États-Unis ; The Incredible Journey, d’Australie; et SIDmedia, d’Afrique du Sud – pour tourner et photographier des aspects clés de la vie de Daniel, dans le but de rendre les supports médias qui seront produits disponibles à la vente aux producteurs chrétiens, aux ministères des médias, aux pasteurs, aux enseignants et aux évangélistes.

Le roi Darius a signé le décret stipulant que lui seul doit être adoré pendant 30 jours. Photo de Adventist Review / ARTv

L’histoire de Daniel a été choisie pour son importance dans le message Adventiste, ainsi que pour les nombreuses leçons pertinentes qu’on peut tirer de la vie du prophète de l’Ancien Testament.

« Un personnage confronté à des circonstances défavorables à plusieurs niveaux – régime alimentaire, politique et vie de prière – est un personnage que le monde a besoin de voir et de connaître, » a expliqué Keith Detwieler, producteur chez Little Light Studios. « Bien que Daniel présente l’histoire d’un grand homme vivant dans un monde de péché, en arrière-plan, nous découvrons un Dieu encore plus grand. »

La Bible Prend Vie

Scotty Mayer est un producteur qui a quitté Hollywood pour travailler sur du contenu évangélique chrétien. Scotty Mayer a déclaré : « Cela a été une immense joie de travailler sur un projet mettant en lumière une histoire aussi monumentale pour beaucoup de personnes ayant grandi dans la religion Adventiste. » Depuis le lancement de Little Light Studios en 2007, Scotty Mayer a reconnu le besoin constant de films et de clips vidéo de grande qualité illustrant la Bible pour les églises qui utilisent beaucoup les médias, pour les évangélistes et les enseignants. « Beaucoup n’ont pas accès à ce type de matériel et nous aimerions que les choses changent. »

Gary Kent, directeur de The Incredible Journey Media Ministries en Australie, a appuyé les propos de Scotty Mayer. « Nous vivons à l’ère numérique. Notre défi consiste à communiquer le message de Dieu de manière attrayante et pertinente. Reconstituer, filmer et photographier le livre de Daniel est un moyen de donner vie à cette histoire importante, » a-t-il dit.

Scène de l’attaque Babylonienne sur Jérusalem. Photo de Adventist Review / ARTv

Gary Kent a été un évangéliste de la télévision et des médias pendant la plus grande partie de sa vie. Son épouse, Robyn, travaille étroitement avec lui. Pour elle : « C’est un rêve devenu réalité pour les esprits créatifs et la seule limite c’est votre imagination. »

Henry Stober, photographe de la nature et cinéaste allemand bien connu dans l’Église Adventiste et vivant maintenant en Suède, décrit son expérience sur le tournage comme étant remarquable : « [J’ai eu le sentiment] que jour après jour, Dieu était avec nous, à travers la météo, la lumière, les personnages et leur manière de jouer, l’équipe dans les coulisses. Nous pouvions voir la direction de Dieu », a-t-il dit.

Sony Allemagne a fourni à Henry Stober le tout dernier appareil photo Sony A9 ainsi que les objectifs en échange de certaines de ses photos qui seraient utilisées à des fins de marketing. L’appareil photo peut prendre des clichés à l’impressionnante vitesse de 20 images par seconde.

Cinq Jours de Tournage

Le fait de ne disposer que de cinq jours de tournage signifiait pour l’équipe avoir une production méticuleusement planifiée à l’avance, permettant d’avoir de la vidéo, des photos, et de la vidéo à 360 degrés. Daryl Gungadoo de Adventist Review Media Labs a apporté à l’équipe sa grande expérience en matière de vidéo à 360 degrés et de réalité virtuelle (VR).

Le Roi Darius accompagne Daniel dans la fosse aux lions. Photo de Adventist Review / ARTv

« En vidéo 360, vous ne pouvez rien cacher à l’objectif, et vous ne pouvez pas tricher sur l’éclairage, mais je considère cela comme un atout, » a déclaré Daryl Gungadoo. « Quelques scènes se prêtaient bien au tournage en 360, comme celle où les sujets de Nebucadnetsar se prosternent devant la statue d’or [Daniel 3], ou celle où les Babyloniens attaquent Jérusalem et emmènent des gens en captivité [Daniel 1].

Avec la caméra VR en plein milieu de l’action, le spectateur aura l’impression de faire partie du scenario, » a expliqué Daryl Gungadoo. « Cette technologie facilite les concepts ‘d’éducation à la curiosité’ pour donner vie à l’histoire de Daniel. »

SIDmedia, le studio média de la Division de l’Afrique Australe et de l’Océan Indien de l’Église Adventiste, a contribué en mettant à la disposition du projet les compétences de son animateur principal, Ian Kitney. Ce dernier décrit l’histoire de Daniel comme « probablement le récit biblique le plus intense en termes de graphiques sur ordinateur. » Il croit qu’avec les lions dans la fosse aux lions, les songes à propos de créatures exotiques et de magnifiques statues, la mise en scène de cette histoire en particulier va mettre à l’épreuve un grand nombre de compétences.

Le plus jeune membre de l’équipe, Robbie Fatt, était l’homme derrière la caméra vidéo. Il a insisté pour utiliser le Panasonic Varicam LT, une caméra généralement utilisée pour la production de films très haut de gamme. « Dans l’ensemble, nous avons réalisé des images uniques et intéressantes. La prise de vue numérique pour un film d’époque a certainement contribué à donner une nouvelle touche à l’image cinématographique, » a expliqué Robbie Fatt. Il a été très impressionné par le capteur de la caméra qui a rendu une image crémeuse mais nette, un aspect unique pour une reconstitution haut de gamme.

Le tournage de la scène de la fournaise ardente. Photo de Adventist Review / ARTv

Opportunité d’Interaction

Parmi les temps forts du tournage, les membres du groupe ont mentionné leurs interactions avec l’équipe et les acteurs locaux marocains et les fortes amitiés qui ont été nouées pendant cette courte période. L’un des acteurs qui a montré un réel intérêt pour nos convictions a été impressionné par le comportement des membres de l’équipe tout au long de la production. Il a observé qu’en tant qu’Adventistes, nous avons peut-être combiné les meilleurs éléments des trois religions monothéistes, le Christianisme, l’Islam et le Judaïsme : « Vous observez le Shabbat comme les Juifs, vous adhérez aux principes de la nourriture Halal comme les Musulmans et vous croyez en Jésus comme les Chrétiens », a-t-il observé.

Un moment spécial de la scène finale nous rappelle que les objectifs de Dieu dépassent souvent les nôtres. Alors que tout s’achevait, les acteurs et l’équipe de tournage se sont rassemblés pour la prière. Alors que nous placions nos bras les uns autour des autres, Gary Kent a offert une prière de remerciement en anglais. Ensuite, le réalisateur adjoint local, un Musulman, a demandé s’il pouvait prier en arabe. Pendant un moment, nous nous sommes tous retrouvés ensemble, venant d’horizons différents, mais unis devant le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob et du grand prophète Daniel.

 

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

Le weekend mondial des Ministères auprès des Campus Publics à l’honneur
Le rapport de la Trésorerie met l’accent sur la responsabilité et la fidélité dans l’utilisation des fonds
L’Église Adventiste débute une ère nouvelle dans l’œuvre missionnaire