Mots-clés les plus recherchés

10 avril 2018 | Kingston, Jamaïque | Informations Union Jamaïcaine / DIA

L’Eglise Adventiste du Septième Jour en Jamaïque a salué la position prise par le président de l’Organisation du Secteur Privé de la Jamaïque (PSOJ) la semaine dernière à Kingston, au sujet des membres de l’Association qui refusent d’employer des Adventistes du Septième Jour. Howard Mitchell, président de la PSOJ a déclaré que des mesures seront prises contre les entreprises membres s’il est avéré qu’elles refusent des emplois à des Adventistes du Septième Jour simplement à cause de leur religion.

La remarque de Howard Mitchell est intervenue dans le contexte du Rapport du Département d’Etat Américain de la Liberté Religieuse Internationale, qui a révélé que les observateurs du sabbat éprouvaient des difficultés à obtenir ou à garder des emplois.

Pasteur Everette Brown, président de l’Eglise Adventiste en Jamaïque prêche lors d’un service de culte dans une église Adventiste bondée. Une personne sur 12 est Adventiste en Jamaïque. Image de Nigel Coke/photo d’archives

« Nous saluons de tout cœur cette initiative du président de la PSOJ, qui a mis du temps mais qui tombe vraiment à point nommé, » a déclaré Nigel Coke, chargé des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse pour l’Eglise Adventiste en Jamaïque. « Bien que certains de nos membres soient affectés maintenant et l’aient été dans le passé, nous croyons qu’il est temps de traiter la question de manière amiable et d’aller de l’avant, » a déclaré Nigel Coke.

Nigel Coke estime que c’est là une bonne occasion d’éduquer les membres de la PSOJ sur la constitution et sur ce qu’elle requiert. « Nous sommes prêts à rencontrer les membres de l’association pour discuter de certaines questions et de la façon dont elles peuvent être traitées pour que tout le monde puisse y gagner. »

Une personne sur 12 est Adventiste en Jamaïque, mais la décision peut affecter beaucoup plus que les 307000 membres d’église sur l’île.

« Je suis vraiment encouragée par la position prise par le président de la PSOJ de ne pas soutenir les membres de son organisation qui violent les droits constitutionnels des travailleurs qui leur permettent de pratiquer le culte le jour de leur choix, » a déclaré pasteur Everett Brown, président de l’Eglise Adventiste du Septième Jour en Jamaïque. « Nous encourageons les autres dirigeants des secteurs privé et public à soutenir notre plaidoyer pour préserver les droits de tous les travailleurs et étudiants à adorer le jour qu’ils choisissent comme prévu par la constitution de la Jamaïque. »

Pasteur Brown a déclaré que l’Eglise Adventiste continuera à se battre et à être une voix pour les membres d’église et les autres croyants dont le droit de culte le jour où ils ont choisi a été violé. « Nous continuerons à travailler avec toutes les parties prenantes pour nous assurer que nous éliminions la discrimination sur le lieu de travail et dans notre système éducatif par rapport à la religion. »

Selon un journal jamaïcain, l’un des plus gros problèmes est que certains superviseurs payent des employés plus cher pour travailler le samedi, ce qui peut donner l’impression que l’argent peut être utilisé pour inciter les travailleurs à travailler le jour du sabbat.

Nigel Coke, directeur des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse en Jamaïque a déclaré que la décision de la PSOJ s’est fait beaucoup attendre, et que le moment était arrivé d’avoir cette position. Image de l’Union Jamaïcaine

« C’est une violation de la garantie donnée par la constitution selon laquelle il ne devrait y avoir aucune discrimination sur la base de la religion, des croyances, des pratiques ou de l’observation d’un jour de repos, » a déclaré l’avocat Wendell Wilkins. En conséquence, le jour de culte d’un citoyen doit être respecté, c’est un droit, a-t-il ajouté.

Wendell Wilkins a ajouté que la Jamaïque est signataire de nombreux accords internationaux qui stipulent qu’il ne doit y avoir aucune discrimination sur la base de la religion. « Ce droit constitutionnel est effectif que l’entité en question soit privée ou publique, par conséquent, sur le lieu de travail personne ne devrait être l’objet de discrimination pour des raisons religieuses, que leur jour de culte soit le samedi, le dimanche ou tout autre jour, lorsqu’ils sont à la recherche d’un emploi ou sont déjà employés. »

« La loi contre la discrimination pour des raisons religieuses s’applique également aux établissements d’enseignement publics et privés. »

Réagissant au rapport du Département d’Etat Américain, Nigel Coke a décrit la situation comme étant regrettable.

« C’est malheureux, quel que soit le pays ou l’organisation, qu’on ne reconnaisse pas le droit des individus à des pratiques religieuses selon leur conscience, qui est un don de Dieu. C’est un droit fondamental pour tout homme depuis la création, » a déclaré Nigel Coke.

Nigel Coke a fait remarquer que la discrimination transcende également le lieu de travail pour se retrouver dans les institutions tertiaires, où les cours et les examens sont fixés pendant les heures que les Adventistes du Septième Jour réservent à leur sabbat.

« Nous avons besoin d’entendre la réaction du secteur de l’éducation parce que beaucoup d’étudiants observant le sabbat sont maintenant inquiets parce que leurs prochains examens se déroulent pendant les heures de sabbat du coucher du soleil le vendredi soir au coucher du soleil le samedi, » a souligné Nigel Coke.

L’Église Adventiste du Septième Jour en Jamaïque compte plus de 307000 membres d’église qui se réunissent pour adorer dans 738 églises et groupes. L’Eglise supervise 29 écoles primaires et secondaires, une université et un hôpital.

Pour en savoir plus sur l’Eglise Adventiste en Jamaïque, visitez le site jmunion.org

 

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

GAiN Mexique promeut plus de créativité chez les responsables de communication et les technologues
Un psychiatre élu directeur adjoint des ministères de la santé de l’Eglise Adventiste
L’Eglise Adventiste en Jamaïque organise un atelier de cinématographie