L’expert en médecine préventive Neal Barnard a déclaré que lorsqu’il s’agit de l’épidémie d’obésité, le fromage est devenu une préoccupation plus sérieuse que les sodas. Image du Pôle Santé de l’Université de Loma Lind

« Ne vous méprenez pas, » a déclaré l’expert en médecine préventive Neal Barnard lors de sa présentation au Congrès International de Loma Linda sur la Nutrition Végétarienne le 27 Février 2018. « Les sodas sont très mauvaises pour votre santé. Cela ne fait aucun doute. Mais la vérité c’est que ce ne sont vraisemblablement pas eux qui vous font grossir. »

Dans le cadre du programme, les participants au Septième Congrès International sur la Nutrition Végétarienne à Loma Linda ont profité des démonstrations culinaires sur le campus. Image du Pôle Santé de l’Université de Loma Linda

Neal Barnard, qui enseigne à la Faculté de Médecine de l’Université George Washington et préside le Comité des Médecins pour une Médecine Responsable à Washington DC, a fait cette observation surprenante au moment où il discutait de la façon dont les régimes alimentaires à base de plantes peuvent soutenir les efforts de traitement de l’obésité.

Régimes Alimentaires à Base de Végétaux et Obésité

Neal Barnard a révélé que dans les études observationnelles, « les individus qui suivent un régime végétarien, en particulier le régime végétalien, ont en moyenne une masse corporelle plus propice à une bonne santé, par rapport à ceux qui ont adopté un régime omnivore. » Il a ajouté que « dans les essais cliniques, les régimes végétariens et végétaliens ont entraîné une perte de poids significative, même en absence d’exercice physique ou de limites dans l’apport énergétique. »

On ne comprend pas encore tous les détails du mécanisme de perte de poids liée au régime à base de plantes, mais Neal Barnard a déclaré que la grande quantité de fibres et la faible teneur en matières grasses semblent réduire la densité énergétique alimentaire. Il a également expliqué que, apparemment, une dépense énergétique postprandiale accrue se produit.

Les changements vers un régime à base de plantes ne sont pas seulement efficaces mais produisent des modifications positives au niveau d’autres indicateurs de santé. Entre autres, les chercheurs ont observé des changements favorables dans la nutrition globale, dans les concentrations de lipides plasmatiques et au niveau de la pression artérielle, a-t-il dit.

Le Coupable dans l’Obésité

Mais encore une fois, quelle est la relation entre la consommation de soda et l’obésité ?

L’une des participantes au congrès sourit près de son poster de recherche. Des étudiants et des professionnels de la nutrition ont présenté des centaines d’affiches sur divers sujets liés à l’alimentation et à la santé. Image du Pôle Santé de l’Université de Loma Linda

Neal Barnard a montré qu’au cours des dernières années, la consommation de boissons gazeuses en général a diminué, tandis que celle des boissons gazeuses « diet » ou « sans sucre » a grimpé en flèche. Ces derniers n’ajoutent pas nécessairement des quantités substantielles de calories au régime des consommateurs. « Ils demeurent encore relativement mauvais pour la santé, mais ils ne déclenchent pas l’obésité, » a-t-il dit.

Considérant la tendance montrant que moins de gens boivent des sodas et que s’ils en boivent, ce sera plus probablement une version diet ou sans sucre, Neal Barnard suggère que d’autres aliments contribuent plus à la prise de poids de nos jours que ces boissons gazeuses. D’après Neal Barnard, il y a d’autres produits alimentaires en particulier qui sont bien plus mauvais dans la prévention de l’épidémie d’obésité que nous observons autour de nous.

« Quel est l’aliment en particulier qui ajoute facilement et rapidement de la graisse à votre corps ? » a-t-il demandé, avant de répondre: « C’est le fromage! »

Contrairement aux glucides, Neal Barnard a expliqué que le corps stocke le fromage très facilement sous forme de graisse. Et il a montré des graphiques montrant une relation apparente entre la consommation de fromage en hausse et l’épidémie d’obésité.

Neal Barnard a également fait référence à des études qui montrent qu’un régime riche en graisse régule à la baisse les gènes nécessaires à la biogenèse mitochondriale. « Cela signifie que les graisses interfèrent avec la combustion des calories, » a-t-il dit. Les aliments gras gênent également l’oxydation cellulaire. « Un régime riche en graisses perturbe les barrières intestinales, et la graisse escorte les endotoxines dans la circulation sanguine, » a-t-il dit. Dans certaines études, les chercheurs ont observé ces effets indésirables cinq jours seulement après que des sujets aient commencé un régime riche en graisses.

Ce que Nous Pouvons Faire

Dans l’exercice de sa profession, Neal Barnard a dit qu’il invite les gens qui se demandent s’il faut commencer un régime sain à d’abord vérifier les possibilités. « Ne discutez pas avec vos patients, » a-t-il dit aux professionnels de la nutrition qui l’écoutaient. « Invitez-les à considérer leurs options. » Et puis, a-t-il ajouté, invitez-les à un « test-drive » de 2 à 3 semaines. « Soyez un bon coach, » a-t-il conseillé.

Le chef Cory Gheen montre comment préparer l’un des plats qui faisaient partie de la démonstration culinaire et du déjeuner « Une Aventure Culinaire Végétarienne, » le 26 février 2018. Image du Pôle Santé de l’Université de Loma Linda

Il existe de nombreux exemples montrant comment l’adoption d’un régime alimentaire à base de plantes a été bénéfique pour beaucoup de personnes, a déclaré Neal Barnard. Plus l’état initial de la personne est mauvais, plus les effets positifs sont rapides.

Neal Barnard a déclaré qu’un régime à base de plantes a le potentiel d’améliorer la qualité de vie des patients souffrant de diverses maladies, y compris les maladies cardiaques, le diabète de type 2 et le surpoids chez les femmes post-ménopausées. C’est une déclaration qui a été relayée à maintes reprises par plusieurs autres présentateurs lors du programme.

Prenez Brenda Davis, par exemple. C’est une consultante en nutrition de la Colombie-Britannique au Canada, qui a écrit une douzaine de livres sur la nutrition à base de plantes, qui a discuté d’études de cas où un changement d’alimentation a été synonyme de meilleure santé, de meilleure gestion et même d’inversion des pronostics de maladies chroniques.

« Lorsque vous souffrez d’une maladie, c’est comme si votre maison était en feu, » a-t-elle dit. « Assurez-vous de ne pas ajouter de l’essence – de mauvais choix alimentaires – à l’incendie. »

Brenda Davis, qui a présenté le dernier jour du programme, a déclaré que même des changements modérés peuvent produire des améliorations cliniques importantes. « Et plus le patient change, plus les résultats attendus sont importants, » a-t-elle dit.

Le professeur de Médecine Préventive de l’Université de Loma Linda, Wes Youngberg, était en phase avec Brenda Davis sur le fait que certaines situations liées à l’alimentation peuvent changer pour le mieux. « Dieu a créé le corps de telle sorte que, en prenant le temps qu’il faut et en suivant le bon processus, un certain état puisse être inversé, » a-t-il dit. « Votre rôle – a-t-il dit aux professionnels de la nutrition qui assistaient au congrès – est d’inviter [vos patients] à suivre un programme qui leur permette d’emprunter le chemin de la guérison. »

Ce chemin vers la santé peut être difficile et pénible au début, mais les instructions pour aller de l’avant sont simples, a déclaré Brenda Davis. « Faites des aliments végétaux complets les fondements de votre alimentation, et enlevez les sucres ajoutés et les amidons raffinés, » a-t-elle conseillé.

Et oui, il n’y a aucun doute là dessus, laissez les sodas de côté!

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

En République Tchèque, une application ludique aide les réfugiés syriens
L’École d’Infirmerie célèbre après avoir atteint la barre des 10000 diplômés
ADRA collabore à la formation des professionnels de santé mentale à Saint Martin