Mots-clés les plus recherchés

Image de Pixabay

De récentes vidéos prouvant l’existence d’un marché d’esclaves actif en Lybie, en Afrique du Nord, ont attiré l’attention internationale sur ce qui, jusqu’à présent, était une tragédie des droits de l’homme dont on ne parlait pas, a dit un porte-parole de l’Eglise Adventiste du Septième Jour.

« Ce que cette vidéo révèle est l’exploitation choquante et impitoyable d’êtres humains vulnérables; des réfugiés qui cherchent désespérément à fuir la pauvreté et la violence », explique Nelu Burcea, qui est l’agent de liaison de l’Église Adventiste aux Nations Unies et directeur adjoint du Département des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse (PARL). « Notre église s’associe à ceux qui appellent à une action internationale concertée pour mettre fin à cet immense désastre des droits de l’homme en Afrique du Nord. »

Selon Nelu Burcea, la traite des esclaves en Libye ne représente qu’une partie d’une situation beaucoup plus importante en termes de maltraitance de réfugiés africains. La position géographique de la Libye, qui se trouve juste de l’autre côté de la Mer Méditerranée depuis l’Italie, en a fait un point de transit important pour les réfugiés africains qui cherchent à entrer en Europe. L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) qui est liée aux Nations Unies, estime que quelques 450000 personnes ont tenté la dangereuse traversée de la Lybie vers l’Europe au cours des trois dernières années.

Cependant, avec les efforts croissants déployés par l’Europe pour mettre fin au trafic d’êtres humains et refouler les bateaux de réfugiés, un nombre croissant de réfugiés se retrouvent piégés dans les centres de détention et les camps de réfugiés improvisés qui sont pleins et qui débordent. Les rapports décrivant ces installations parlent de conditions qui se détériorent, d’une mauvaise organisation et de non droit. Alors que la situation s’aggrave, diverses milices locales et groupes tribaux se sont mis à exploiter ceux qui sont pris au piège en Libye, sans aucun moyen de continuer vers l’Europe en tant que réfugiés ou de retourner dans leur pays d’origine.

La semaine dernière, le Conseil de Sécurité de l’ONU a tenu une réunion d’urgence et s’est engagé à intensifier ses efforts pour mettre fin à l’exploitation des réfugiés en Libye. Le Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, a déclaré que ce commerce d’êtres humains n’avait « pas sa place au 21ème siècle. »

Rick McEdward, président de l’Union Mission du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), dit que l’histoire récente de la Libye a été difficile, avec d’énormes pertes en vies humaines dues à une crise civile prolongée. Il appelle le traitement des réfugiés présenté dans la vidéo une « horrible violation des droits humains fondamentaux. »

« Nous ne devons pas permettre à des systèmes humains pervertis de détruire les gens et de les traiter comme des marchandises pour le commerce, » a dit Rick McEdward. « En tant qu’église, nous ajoutons notre voix pour encourager tous les dirigeants politiques, commerciaux et religieux à s’unir dans la parole et dans les actes pour protéger la dignité que Dieu a donnée aux individus. Nous devons ensemble condamner la pratique dégradante de l’esclavage et toutes les autres formes de trafic d’êtres humains. »

Ganoune Diop, directeur de PARL pour l’Eglise Adventiste mondiale, a dit que l’église mondiale s’engage à défendre le droit de tout individu à être traitée avec dignité et respect. « En tant qu’Adventistes, nous croyons que chaque être humain porte la marque sacrée de son Créateur et a une valeur infinie, et nous continuerons donc à parler au plus haut niveau contre la maltraitance des réfugiés et des migrants. »

Le département PARL de l’Église Adventiste se penchera sur ce problème aux Nations Unies le 22 janvier prochain quand il co-parrainera le Quatrième Symposium Annuel sur le Rôle de la Religion et des Organisations Confessionnelles dans les Affaires Internationales. Le thème de ce programme d’une journée, qui se tiendra au Secrétariat des Nations Unies à New York, sera « Perspectives sur la Migration: Déplacement et Marginalisation, Inclusion et Justice. » L’église Adventiste est l’un des quatre principaux organisateurs de cette série de symposiums, qui réunit d’autres organisations non gouvernementales, des responsables des Nations Unies et des dirigeants religieux pour explorer les façons dont les groupes religieux peuvent travailler aux côtés d’entités internationales pour promouvoir un monde plus pacifique et plus sûr.

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

Barry Black, l’aumônier du Sénat américain, écrit un livre pour enfants
Plusieurs publications adventistes reçoivent les grands honneurs lors d’un congrès annuel de presse chrétienne
Les dirigeants adventistes interaméricains nous ont rappelé de « ne pas lâcher » durant la semaine annuelle axée sur la prière