Mots-clés les plus recherchés

Une capture d’écran de CNN montrant la couverture en direct de la fusillade au Centre Régional d’Inland à San Bernardino en Californie.

3 Décembre 2015 – San Bernardino, Californie, Etats Unis – Andrew McChesney, rédacteur informations, Adventist Review

Une croyante Adventiste du Septième Jour qui a échappé miraculeusement à une fusillade qui a eu lieu dans le sud de la Californie, avec des blessures à la tête, aux bras, et aux pieds, qui ne mettent pas sa vie en danger cependant, a dit qu’elle espérait que la tragédie attirera l’attention des gens quelque part sur le fait que Jésus revient bientôt.

Amanda Gaspard supervisait une conférence et un diner organisés par le Département de la Santé du Comté de San Bernardino dans un centre de services sociaux à San Bernardino, en Californie, lorsque deux assaillants ont lancé une fusillade meurtrière mercredi, tuant au moins 14 personnes et blessant 17 autres.

« Elle était responsable de la rencontre ce jour là. Grâce à Dieu, elle venait de libérer tout le monde pour une courte pause, sinon il y aurait eu bien plus de personnes dans la salle, » a déclaré sa mère, Diane Gaspard, à Adventist Review jeudi.

Cette fusillade est la plus meurtrière qu’aient connu les Etats Unis depuis le meurtre de 26 enfants et enseignants survenu dans une école primaire du Connecticut en 2012 envoyant des ondes de choc dans tout le pays. La police a identifié les assaillants présumés, un mari et son épouse dans la vingtaine, mais cherche toujours à établir le mobile du crime. Les suspects ont été tués par la police dans une camionnette à plusieurs kilomètres de la scène où a eu lieu l’attaque.

Diane Gaspard a indiqué que l’homme qui a perpétré l’attaque aurait pu tuer sa fille, une étudiante de l’Ecole de Blue Mountain, une institution Adventiste près de Reading, en Pennsylvanie d’où elle a été diplômée en 2002 ; mais pour une raison quelconque, l’homme a visé ses jambes avec son arme.

« La foi d’Amanda est vraiment solide. Elle témoigne constamment, » a dit Diane Gaspard. « Nous croyons que c’est par rapport à sa bonté que le tireur ne l’a pas tuée. Il s’est tenu debout au dessus d’elle et a tiré sur elle. Il aurait pu facilement viser la tête mais lui a plutôt tiré dans les jambes. »

Diane Gaspard qui se rendait en Californie depuis la Côte Est des Etats Unis afin d’être avec sa fille jeudi, a dit qu’Amanda l’a rapidement contactée pour lui faire savoir qu’elle était vivante. Amanda a été touchée à de nombreuses reprises par des éclats en plusieurs endroits y compris au niveau de la tête.

« Elle était si inquiète à notre sujet qu’elle a demandé à une collègue de nous appeler, » a t-elle dit. « Cette pauvre femme était elle même en état de choc mais a réussi tout de même à nous dire qu’on avait tiré sur Amanda. Plus tard elle m’a dit qu’Amanda avait tenu sa main et prié avec elle. »

Amanda a été opérée suite à ses blessures à la veine saphène, une veine superficielle importante au niveau des jambes et des cuisses, c’est la plus longue veine du corps humain.

La mère d’Amanda a déclaré jeudi que sa fille était dans un état stable et qu’elle se préoccupait plus de l’état de ses collègues que de son propre état.

« Lorsque nous lui avons parlé, elle a dit : ‘maman, prie pour que cet incident puisse être utilisé pour témoigner en faveur du prochain retour du Seigneur,’ » a t-elle dit.

Daniel R. Jackson, président de la Division Nord Américaine de l’Eglise Adventiste, a déclaré que les membres d’église sur tout le continent « avaient le cœur brisé de ce qu’une fois de plus nous devions pleurer la disparition de personnes innocentes à cause de la violence par armes à feu. »

« En plus de nos prières sincères, il est temps que quelque chose soit fait pour régler cette épidémie de violence par armes à feu, » a t-il dit dans un communiqué. « C’est le moment pour nous de dire non à ces massacres tragiques qui sont devenus des choses courantes aux Etats Unis. Il est temps pour nous de faire quelque chose pour trouver des solutions afin de mettre un terme à ce problème généralisé. »

Il a ajouté : « Nous prions pour que vienne le jour où les enfants et les adultes pourront vivre leurs vies sans crainte. »

Tout comme Amanda Gaspard, Ted N.C. Wilson, président de l’Eglise Adventiste mondiale, a vu cette tragédie comme annonçant le retour de Jésus.

« Prions pour ceux qui ont été touchés par cette tragédie dans le sud de la Californie et plaidons pour que le Saint Esprit utilise chacun de nous, où que nous soyons dans ce monde troublé, pour prendre part au ministère divin de la réconciliation (2 Corinthiens 5 :18), montrant aux gens l’Agneau de Dieu, Jésus Christ, notre Sauveur, qui est venu une première fois pour nous offrir la vie éternelle et qui reviendra bientôt lors de son second avènement pour accomplir cette tâche, » a dit Ted Wilson sur sa page Facebook.

Il a ajouté avoir prié pour Amanda Gaspard et pour tous les autres qui avaient été touchés par la fusillade, y compris le Centre Médical de l’Université de Loma Linda, une institution Adventiste, qui a accueilli cinq des 17 personnes blessées lors de l’attaque.

Briana Pastorino, une responsable de l’information publique à la branche Santé de l’Université de Loma Linda, l’organisation mère du Centre médical, a confirmé aux reporters que cinq personnes avaient été hospitalisés, mais n’a donné aucun détail supplémentaire.

« Nous sommes tous secoués par tout cela, nous sommes tous dérangés par cette situation, » a t-elle dit mercredi. « Nous nous occupons de ces personnes qui n’avaient pas besoin d’être blessées aujourd’hui. »

Deux des cinq patients admis à l’hôpital, un centre de traitement des traumatismes de niveau un, formé pour les situations de crise avec des victimes nombreuses, étaient gravement blessées, a rapporté CBS News.

Alors que la tension était à son comble mercredi, le centre Médical de l’Université de Loma Linda a été l’objet d’une alerte à la bombe, ce qui a eu pour effet de placer l’établissement sous une alerte de code jaune.

« L’alerte a été levée environ une heure plus tard lorsque les experts ont déterminé que la menace était peu crédible après un examen minutieux de l’intérieur et de l’extérieur de l’établissement, » a dit Briana Pastorino, dans un communiqué par e-mail jeudi.

Dans le cadre d’une démarche visant à assurer la sécurité de tous les étudiants et du personnel enseignant, l’Université de Loma Linda avait annulé les cours de mercredi dans le milieu de l’après midi et avait encouragé les étudiants à quitter les lieux publics du campus.

Jeudi, tout le campus avait retrouvé son fonctionnement normal.

« Toutes les classes prévues jeudi à l’université auront lieu sans changement dans l’emploi du temps, » a dit Briana Pastorino. « Le fonctionnement du centre médical est revenu à la normale. Le département des urgences reçoit de nouveaux patients, et aucune partie de l’établissement ne fonctionne sous une quelconque restriction. »

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

La conférence en ligne SeLD de l’Inter Amérique mettra l’accent sur le leadership en des temps exceptionnels
Comment une maison de retraite adventiste en Italie a réussi à ne pas être touchée par le COVID-19
Ouvrons les yeux