Mots-clés les plus recherchés

Robert S. Folkenberg avec son épouse Anita, dans une photo de famille. Image des Archives Adventistes.

24 Décembre 2015 – Silver Spring, Maryland, Etats Unis – Andrew McChesney, Adventist Review, ANN

Robert S. Folkenberg, administrateur innovant et militant pour la mission, ayant dirigé l’Eglise Adventiste du Septième Jour pendant neuf ans, est décédé le 24 décembre après une longue lutte contre le cancer. Il aurait eu 75 ans dans quelques jours.

Robert Folkenberg en couverture de l’édition du 8 juillet 1990 de Adventist Review après son élection en tant que président de la Conférence Générale.

Robert Folkenberg croyait que les Adventistes avaient un message extraordinaire à partager et qu’internet était un formidable moyen de développer l’action de l’église. L’Eglise Adventiste, croyait-il, pouvait utiliser l’internet pour proposer des informations, des formations et des expériences qui démontraient mieux l’aspect global de sa mission.

Il a fait avancer l’église avec les nouvelles technologies au cours de son mandat de président de la Conférence Générale des Adventistes du Septième Jour de 1990 à 1999 et a introduit l’utilisation dans l’église de CompuServe, un précurseur de l’internet, faisant de l’Eglise Adventiste du Septième Jour la première dénomination à utiliser une telle technologie.

« Frère Folkenberg débordait d’idées créatives et innovantes au sujet du fonctionnement de l’église et de l’évangélisation, » a déclaré le président de la Conférence Générale, Ted N.C. Wilson. « En tant que président de la Conférence Générale, il a accordé beaucoup d’attention à l’aspect audiovisuel de la mission, dans les activités de l’église et dans l’évangélisation, il a aussi lancé l’utilisation d’internet pour la communication au sein de la structure de l’église. »

Robert Folkenberg avait également une grande passion pour la mission, la force motrice de son ministère. Durant son mandat de président de l’Eglise Adventiste mondiale, il a contribué à lancer l’initiative Mission Globale, grâce à laquelle des milliers de congrégations ont été établies à travers le monde.

« Nous ne pourrions demander un plus grand soutien que celui de pasteur Folkenberg pour Mission Globale, » a dit Michael L. Ryan, premier directeur de Mission Globale et ancien vice-président général de la Conférence Générale.

Michael Ryan a déclaré qu’il se rappelle que Robert Folkenberg disait souvent : « la participation à Mission Globale n’est pas facultative. »

« Frère Folkenberg était visible, impliqué et passionné au sujet de la proclamation de l’espérance de l’évangile dans des endroits où le nom de Jésus n’était pas connu, » a t-il dit. « Cela lui importait de manière personnelle que l’église soit organisée et concentrée sur sa mission et que chaque membre fasse de son rôle d’ambassadeur pour Christ, sa principale priorité. »

Une Vie de Mission
Robert Stanley Folkenberg est né le 1er janvier 1941 de parents missionnaires à Santurcee à Porto Rico. Il est allé à l’école à Porto Rico jusqu’au CM1 avant de terminer l’école primaire à Cuba. Il est entré à l’école secondaire en Californie et a achevé ses études secondaires à Milo Adventist Academy dans l’Oregon en 1958.

Robert Folkenberg a fréquenté Atlantic Union College dans le Massachussetts et ensuite Newbold College en Angleterre avant de terminer des études à l’Université d’Andrews où il a reçu un diplôme en ministère en 1962. En 1963 il obtient une maitrise en théologie du Nouveau Testament à l’Université d’Andrews.

Un pilote breveté, Folkenberg également pu voir l’aviation américaine près.

Robert Folkenberg était avide de pilotage. Il a atteint le rang de pilote de transport sur avion à moteur unique et à moteurs multiples, ainsi que le titre de pilote d’hélicoptère commercial et un titre dans le domaine maritime également ; il a plus de 2000 heures de vol, l’essentiel de ces heures, il les a passées en Amérique Centrale et dans la Caraïbe.

Robert Folkenberg a consacré une bonne partie de sa vie au service dans la Division Inter Américaine. Il a d’abord servi en tant que pasteur au Panama (1966-68), il est ensuite devenu le directeur du département de Gestion Chrétienne à la Fédération du Panama (1968), président de l’Union du Honduras (1970), secrétaire (1974) et plus tard président de l’Union Centraméricaine (1975). En 1980, il devient assistant auprès du président de la Division Inter Américaine. Il a servi en Amérique du Nord en tant que président de la Fédération de la Caroline (1985-1990) avant d’être élu président de la Conférence Générale en 1990.

Robert Folkenberg a développé des amitiés durables avec les personnes avec qui il a vécu et travaillé.

Libna Stevens, directrice adjointe de la communication pour la Division Inter Américain, dit de Folkenberg qu’il était « hors du commun » lorsqu’elle l’a rencontré pour la première fois à l’âge de sept ans chez elle au Costa Rica.

« Il venait avec son avion depuis le Guatemala pour superviser l’université Adventiste que mon père gérait à Alajuela au Costa Rica, » a dit Libna Stevens. « Il venait à plusieurs reprises chez nous pour prendre le petit déjeuner avant de repartir. Il aimait le Yuca (racine de manioc) et venait dans la cuisine pour les oignons sautés pendant que ma mère cuisinait. Il faisait cela à chaque fois avec un large sourire sur son visage. »

Elle a parlé affectueusement de son « rire amusant » et de sa tendre affection.

« Il prenait toujours le temps de parler à ma sœur et à moi, » a t-elle dit.

Hilda Matar-Montero, membre depuis 1977 du personnel à la Division Inter Américaine basée à Miami, se rappelle comment Robert Folkenberg avait trouvé le temps malgré son emploi du temps chargé, d’officier à son mariage plusieurs mois après son élection en tant que président de la Conférence Générale.

Dans le bureau du président de la Conférence Générale en 1990.

« C’était un véritable ami, » a dit Hilda Matar-Montero. « Lorsque je lui ai demandé d’officier au mariage de mon époux et moi-même, il m’a dit : ‘Hilda, dis moi quand tu voudrais que je vienne, et j’arrangerai mes déplacements pour laisser la place pour ton mariage.’ Et en vérité, il s’est organisé pour faire notre mariage. »

Hilda Matar-Montero a gardé le contact avec Robert Folkenberg au fil des années et récemment lui a parlé au téléphone le 9 décembre.

« Je lui ai dit combien nous priions tous pour lui, » a t-elle dit. « Il m’a dit : ‘le temps est si court Hilda, mais je suis prêt. J’aime la Division Inter Américaine, et j’aime toutes les personnes que je connais.’ J’attends le moment où je le reverrai au ciel. »

Robert Folkenbergb est décédé à 13h35 le jeudi 24 décembre, entouré de sa famille dans sa maison de Winter Haven en Floride.

Les derniers jours de Robert Folkenberg ont été remplis de paix, a dit sa fille Kathi Folkenberg Jensen, une infirmière diplômée d’état.

« Aujourd’hui, alors que nous nous occupions de lui, il a souri, » a t-elle écrit sur Facebook le 21 décembre. « Lorsque ma mère a demandé pourquoi il souriait, il a murmuré qu’il était heureux parce qu’il était en paix. Je loue le Seigneur pour mon père, sa foi solide dans son Sauveur, et la bienheureuse assurance du salut que nous pouvons avoir grâce à Jésus et à Son sacrifice pour nous ! »

Robert Folkenberg laisse son épouse, Anita Emmerson, et leurs deux enfants, Robert Jr et Kathi, et six petits-enfants. Robert Folkenberg Jr sert en tant que président de l’Union Mission Chinoise de l’Eglise Adventiste.

Un service mémorial aura lieu à 16h00 le 10 janvier à l’église Adventiste du Septième Jour de Avon Park, à Avon Park en Floride, a précisé son fils par e-mail. Pasteur Wilson présentera l’homélie.

Au lieu de fleurs, la famille acceptera les dons pour ShareHim, une initiative missionnaire et évangélique mise sur pied par Robert Folkenberg visant à former des individus et des églises locales en vue de tenir des campagnes d’évangélisation dans leurs communautés. ShareHim accepte des contributions en ligne à l’adresse sharehim.org.

Le Partager Jusqu’à la Fin

Robert Folkenberg et son épouse Anita en 1962, l’année où ils se sont mariés.

Robert Folkenberg ne croyait pas qu’être Adventiste était un sport de spectateur et il parlait souvent de ce que la Bible dit à propos du salut. Un verset favori qu’il citait souvent se trouve dans Romains 10 : 9 : « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé (LSG). » Au cours de l’action qu’il a menée toute sa vie dans l’église Adventiste, Robert Folkenberg a mis l’accent sur le fait de « confesser » Christ – à travers la technologie, à travers la mission et à travers les églises locales avec lesquelles il a travaillé.

Après sa démission en tant que président de la Conférence Générale en 1999, Robert Folkenberg a créé ShareHim qui est actif aux Etats Unis et dans le monde entier, comme par exemple avec une campagne d’évangélisation qui a amené 30000 personnes au baptême au Zimbabwe en mai dernier.

« Pasteur Folkenberg a passé une partie des premières années de son ministère sur le terrain dans des activités d’évangélisation et la dernière partie de son ministère dans l’action d’évangélisation directe à travers ShareHim, » a dit Ted Wilson. « L’évangélisation et la proclamation des messages des trois anges constituaient la passion de sa vie. Qu’il soit sur le terrain ou dans le travail administratif, il avait à cœur d’aider les gens à connaitre Christ et à ensuite devenir des participants actifs dans la mission de l’église. Le début de son ministère passé en tant que membre d’une équipe d’évangélisation lui a permis d’avoir la fondation pour le reste de sa vie. »

L’église Adventiste du Septième Jour de Frederick dans le Maryland a eu un aperçu de la passion qu’avait Robert Folkenberg pour ShareHim lorsqu’il a visité l’église il y plusieurs mois de cela. L’église avait décidé de participer à ShareHim et Robert Folkenberg voulait aider les membres à mettre en place le programme alors même qu’il venait d’apprendre que son cancer avait ressurgi, a expliqué l’administrateur de l’église, Gail Boyer.

« Nous avons des membres qui ont répondu non seulement en participant à une campagne tenue par l’église, mais aussi en tenant une série de ShareHim dans leurs foyers, » a dit Gail Boyer. « Son amour pour le Seigneur était contagieux. »

Jeremiah Weeks, directeur exécutif de ShareHim, a dit qu’il avait fait l’expérience de cette passion tous les jours depuis qu’il avait fait équipe avec Robert Folkenberg pour ShareHim en 2005.

Le père, le fils et le petit-fils. Les deux fils de Robert Jr sont la sixième génération de pasteurs Adventistes dans la famille.

« L’héritage de Bob est sans doute sa passion, sa motivation et son engagement à proclamer l’espérance de l’avènement, » a dit Jeremiah Weeks. « Il croyait que chacun de nous a un devoir personnel, non transférable de partager notre foi avec ceux qui nous entourent. Il ne pensait pas un instant qu’être simplement un « témoin silencieux » était suffisant. Il savait qu’il nous faut nous lever et faire quelque chose, et que partager l’espérance que nous avons a un impact sur le salut des autres et sur notre propre salut. »

Jan Paulsen, qui avait été élu suite à la démission de Robert Folkenberg en 1999 et qui a servi en tant que président de la Conférence Générale de 1999 à 2010, a décrit pasteur Folkenberg comme « un homme d’idées, de grande énergie et d’esprit agréable » dont l’héritage durable sera son amour pour la mission.

« Il a assigné des responsabilités à ses collègues et leur a ensuite accordé du temps et de l’espace pour réaliser leur tâche, » a dit Jan Paulsen. « Le micro management n’était pas son style. J’ai trouvé qu’il était facile d’entrer en relation avec lui, à la fois en tant que collègue et en tant que leader. »

« Depuis qu’il a quitté ses fonctions, il a continué à laisser son énergie et ses idées créatives se développer et toucher la vie et la mission de l’église, comme on peut le voir en particulier dans le programme ShareHim qui a largement été une bénédiction pour notre église, ce pour quoi il restera longtemps dans les mémoires. »

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

ADRA Mexique distribue des milliers de désinfectants pour les mains à Mexico et à Monterrey
Dans le Nord de la Caraïbe, de nouveaux croyants se joignent à l’église après des campagnes d’évangélisation
L’Église adventiste va lancer 100 jours de prière le 27 mars