Mots-clés les plus recherchés

25 Juin 2015 – Cartago, Costa Rica – Edith Guix/DIA

Le policier agent de la circulation, Paul Rivera, travaille dans la Province de Cartago au Costa Rica. Image de Paul Rivera/DIA.

Un Adventiste du Septième Jour, officier de police chargé de la circulation a récemment vu le tribunal trancher en sa faveur lui permettant ainsi de garder son emploi et d’être exempté du travail le samedi.

Paul Rivera Nuñez, qui travaille comme officier de police chargé de la circulation dans la Province de Cartago au Costa Rica depuis 2013, a été informé par ses supérieurs en avril dernier qu’il devait travailler le samedi.

Paul Rivera a adressé une requête au Ministère des Travaux Publics et du Transport pour réaffirmer son emploi du temps de telle sorte que ses croyances religieuses soient honorées.

Quelques semaines plus tard, Paul Rivera a été informé par les superviseurs du Bureau de la Police des Transports de Cartago qu’il ne pourrait pas garder son emploi s’il ne travaillait pas le samedi après le 11 mai.

« J’avais pris la décision que je devrais abandonner mon emploi parce que je voulais observer le jour de repos du Seigneur, » a déclaré Paul Rivera, 38 ans. Il a indiqué qu’il a commencé à prier pour que Dieu intervienne.

C’est à ce moment là que Paul Rivera a fait appel à la Cour Constitutionnelle avec l’aide du bureau de la Liberté Religieuse de l’Eglise Adventiste dans la Fédération Centre Sud.

L’avocat Noe Campos Duarte, qui sert également en tant que directeur du département de la liberté religieuse dans la région Centre Sud du Costa Rica, a fait diligence pour faire valoir la liberté religieuse dans le pays.

Noe Campos, Adventiste du Septième Jour lui même, se souvient de sa propre expérience lorsqu’il était étudiant et tentait d’être exempté des examens qui se déroulaient le samedi. D’après Noe Campos, ce qui a débuté comme un usage injuste du règlement intérieur des organisations qui emploient a donné lieu a une violation de la constitution de la part de l’employeur.

Peu de temps après que le cas ait été soumis à la cour constitutionnelle, les juges ont pris le vote N° 8155-15 qui permettait à Paul de ne pas perdre son emploi en tant que policier en charge de la circulation, et d’exercer ses croyances religieuses en observant le repos du sabbat.

« Lorsque j’ai lu la résolution, j’étais vraiment enthousiasmé de voir comment Dieu avait répondu à mes prières, » a dit Paul Rivera. Sa récente expérience lui donne une plus grande opportunité de témoigner sur son lieu de travail, a t-il indiqué.

Le vote ne bénéficie pas uniquement à Paul Rivera, mais aussi à tout Adventiste du Septième Jour lorsqu’il est question des droits à la liberté religieuse, a dit Noe Campos.

Paul Rivera (deuxième à partir de la gauche) pose avec des collègues de travail.

« Les Adventistes du Septième Jour peuvent maintenant faire référence au vote pour affirmer leurs droits, » a ajouté Noe Campos.

Au cours d’une interview donnée à Nacion.com après la décision de justice la semaine dernière, le directeur de la Police des Transports, Mario Calderon, a déclaré que Paul Rivera était le seul cas à leur connaissance avec ces caractéristiques spécifiques dans le Département de la Police des Transports.

« En tant qu’officiers de police, nous devrions être respectueux de toutes croyances et religions, » a dit Mario Calderon.

Paul Rivera n’a eu aucun problème avec son employeur depuis que le jugement a été prononcé. Il continue de travailler du dimanche au vendredi et est libre le samedi.

Il sert en tant qu’ancien d’église, directeur de jeunesse et directeur de l’Ecole du Sabbat à l’église Adventiste de Paraiso à Cartago. Récemment, Paul Rivera a réuni les membres de deux clubs de Chefs Guides de son district pour aider au nettoyage du Bureau de la Police des Transports où il travaille.

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

La protection de Dieu
Redoublement des efforts d’ADRA pour aider l’Inde en crise sanitaire de COVID-19
Les dirigeants de l’Église en Inter Amérique s’engagent à intensifier les efforts d’évangélisation comme jamais auparavant