Mots-clés les plus recherchés

27 Mai 2008 Loma Linda, Californie, Etats-Unis…Elizabeth Lechleitner/ANN

Prenez les pistaches, pas les Doritos. Portez vous volontaires. Et continuez de remplir votre verre, aussi longtemps que c'est avec de l'eau.

Ce sont apparemment de simple choix de style de vie comme ceux là qui peuvent selon le chercheur et auteur Dan Buettner, ajouter une bonne dizaine d'années à la vie de la plupart des gens, leur permettant ainsi de rejoindre le chirurgien cardiologue, Ellsworth E. Wareham, qui à 93 ans, manie encore le scalpel à l'occasion pour aider dans les opérations chirurgicales.

Wareham est l'un des nombreux Adventistes du septième jour approchant ou ayant dépassé la centaine et vivant à Loma Linda en Californie-endroit que Buettner appelle « l'oasis de longévité » de l'Amérique dans son livre La Zone Bleue : leçons pour vivre longtemps de la part de ceux qui ont vécu le plus longtemps (National Geographic Books, 2008)

Très unie, la communauté Adventiste du sud de la Californie est l'une des quatre zones bleues dans le monde ou la durée de vie atteint 100 ans et ceci à des taux remarquablement plus élevés que ceux de la population environnante. Et, en moyenne, conclue Buettner, ils vivent non seulement plus longtemps, mais également plus heureux et en meilleure santé.

« Et ce n'est pas une coïncidence si la façon dont ces gens mangent, communiquent les uns avec les autres, évitent le stress, se remettent sur pied, évitent les maladies, ainsi que leur vision du monde, leur permet de récolter beaucoup de bonnes années de vie supplémentaires, » écrit Buettner, citant des habitudes courantes parmi les Adventistes, telles que le repos du sabbat ainsi qu'un régime alimentaire à base de végétaux.

« Les Adventistes savent instinctivement que leurs habitudes sanitaires conduisent à une vie meilleure et plus longue, mais je pense qu'ils ont apprécié le fait que quelqu'un en dehors de leur communauté qui avait conduit une étude sur les meilleures données scientifiques disponibles, réaffirme ce que leurs dirigeants religieux leur disent depuis150 ans, » a déclaré Buettner à ANN à la suite de sa récente visite à Loma Linda.

Durant sa visite, il est intervenu dans l'église adventiste locale — « c'est comme si je prêchais pour la chorale » — et a enregistré une interview à l'Ecole de Santé Publique de l'université. Ce qui l'a le plus impressionné cependant, c'est le « fantastique » déjeuner du Sabbat. Ses « bons amis » Marge Jetton et Wareham — qu'il fait d'ailleurs intervenir dans son livre La Zone Bleue — ont fait un saut pour le rejoindre et partager quelques plats diététiques adventistes après le service à l'église.

« Il n'y a pas la tentation de faire griller des steaks parce que chacun amène ces fromages blancs ou sa casserole de haricots » dit Buettner. « Il est très rare que je mange de la viande ces jours ci. Je pense que je mange davantage de tofu, » dit-il en riant. C'est une bonne chose, pense t-il, mais tout de même, un homme de 103 ans qui se permet un rôti d'agneau occasionnel, l'a bien battu au bras de fer alors que Buettner faisait des recherches sur la Zone Bleue de Sardaigne.

Une autre habitude qu'il a adoptée : grignoter des noix l'après midi. « J'ai un pot rempli de noix ici même dans mon bureau, grâce à Dr Fraser. »

Buettner fait référence à Dr Gary Fraser, qui, avec Dr Terry Butler, dirige l'Etude de Santé Adventiste ; cette étude qui est en cours et qui est financée par une subvention des Instituts de Santé Nationaux, implique maintenant près de 100000 membres d'église Adventistes. « Je pense qu'ils font un travail des plus importants en Amérique lorsqu'il s'agit de mesurer réellement l'impact à long terme d'une alimentation à base végétale, déclare Buettner, ajoutant qu'il aimerait collaborer avec eux au niveau de la recherche, mais « je ne suis qu'un journaliste qui s'intéresse à la science, pas un scientifique. »

Pour sa part, Fraser pense que le livre de Buettner a évalué pas mal de recherches qui étaient auparavant enterrées dans des journaux académiques, et les a présentées au grand public. Je suis le type qui produit les chiffres et qui convainc les gens de remplir de long questionnaires, déclare fraser, « donc pour moi c'était très encourageant de voir Dan donner un visage humain à notre recherche-afin de voir à quel point l'ensemble semblait convaincant.

Le plus impressionnant pour Buettner est de voir à quel point une communauté de personnes ayant le même état d'esprit peut être forte quand il s'agit d'établir et de maintenir des habitudes saines. « Il n'y a pas de tentation venant d'un réseau social ayant de mauvaises habitudes sanitaires » — Les Adventistes de Californie indiquent que 80 à 90 pour cent de leurs amis partagent leurs croyances religieuses. Le « pouvoir de choisir vos amis soigneusement, » déclare Buettner, est « l'un des messages les plus forts pour le reste de l'Amérique. »

« La triste réalité est que nous sommes une espèce ne répondant pas très bien au changement de comportement, mais si nous sommes placés dans l'environnement adéquat, nous prenons en général les bonnes décisions, » dit Buettner. « La question devient alors : Comment créer ces environnements ? »

Ce sentiment de communauté va au delà du simple renforcement du bon comportement. Buettner croit qu'il soutient la foi également, et l'appartenance à une communauté spirituelle est l'une de ses « Puissance 9 » ou « secrets » de style de vie qu'il mentionne dans La Zone Bleue. « Je peux vous dire que parmi les plus de deux cents centenaires que j'ai interviewés [pour le livre] 99 pour cent croient en Dieu, donc la foi semble être un facteur proéminent. » Bien qu'il n'ait pas l'intention de devenir membre de l'Eglise Adventiste, Buettner dit que depuis le début de sa recherche sur la Zone Bleue il y a sept ans, il va à l'église plus régulièrement.

Bien que Fraser déclare que le soutien social des membres d'une même religion est bénéfique et réduit vraisemblablement la mortalité, les études sont encore en cours pour déterminer si le fait d'avoir une vie sociale dans le cadre d ‘une communauté très restreinte comporte des inconvénients. Fraser dit qu'il préfère vanter les aspects diététiques du style de vie Adventiste qui sont le plus scientifiquement avérés.

Buettner, dont la recherche se concentre sur les Adventistes les plus âgés de Californie, s'inquiète du fait que la génération qu'il étudie pourrait ne pas être suivie par une autre ayant la même longévité, à cause de la nourriture industrielle et du sucre raffiné qui s'infiltrent dans l'alimentation Adventiste. Adopter une alimentation plus pure peut prévenir les « empiétements de la culture fast food. » Et cela inclut la modération dans l'usage des substituts à la viande qui regorgent de sel et de produits chimiques. « Il vous faut vraiment prêter attention à ce qui est écrit sur l'emballage de ces produits. »

Pour plus d'information sur la recherche menée par Buettner, ou pour mesurer votre propre longévité en participant au test d'espérance de vie de La Zone Bleue -la boussole de vitalité- consultez le site bluezones.com.

Image by ANN. Autorisation: LLU/ANN

Top news

Un temps pour la compassion et la guérison : notre mission christocentrique
Un cancer non traité
Demeurer près de Dieu : le seul moyen de surmonter le mal