Mots-clés les plus recherchés

13 décembre 2005,  Philadelphie, Pennsylvanie, États-Unis

Bien que l’Eglise ne soit pas un hôpital, nombreux sont ceux qui attestent que l’amour et la chaleur expérimentés dans les églises peuvent être un baume curatif pour l’âme. Oscar et Eugenia Giordano, tous les deux docteurs médicaux, approuvant ce concept, travaillent pour aider les églises adventistes du Septième jour en Afrique à devenir « des centres de soutien pour les communautés dans la lutte contre le VIH et le SIDA. »

Déclarant que l’église peut être davantage qu’un lieu où l’on va une fois par semaine, les Giordanos ont partagé leurs propres expériences de directeur et directrice adjointe du bureau du Ministère Adventiste international contre le SIDA (AAIM), à Johannesburg, Afrique du Sud, pendant le congrès annuel de l’Association de Santé Publique Américaine (APHA), le 13 décembre. APHA est l’organisation la plus ancienne et la plus grande des professionnels de santé publique dans le monde. La réunion de cette année s’est tenue à Philadelphie, Pennsylvanie, États-Unis.

Les Giordanos se sont unis à d’autres présentateurs pour explorer le lien entre la foi et la santé. Durant l’annonce de ces réunions de santé-foi, APHA déclare, sur son Site Internet, « selon certains écrits sur ce thème, des organisations de foi peuvent aider à remplir un rôle essentiel dans l’établissement de programmes et de services en faveur des communautés locales. Certains iraient même jusqu’à dire que les organisations de foi sont les plus efficaces à aider les individus à surmonter les défis de santé personnels. »

Selon Giordano, environ 20 pour cent des membres de l’Eglise adventiste en Afrique du Sud et environ 10 pour cent en Afrique de l’Est sont  porteurs du VIH. AAIM a aidé des églises à trouver des moyens d’aider les gens vivant avec le VIH/SIDA dans huit pays Sub-Sahariens depuis 2003.

L’amour et la compassion sont les composantes principales utilisées dans la réalisation et l’approche en faveur de ceux qui sont infectés et ceux qui sont affectés par cette épidémie, a dit Dr. Oscar Giordano.

« Dans la plupart des églises, il y a de nombreuses personnes disposées à participer dans ce ministère en faveur des PLWHA [personnes vivant avec VIH et le SIDA] ; mais la réalité est qu’ils ne savent pas comment faire. Cette approche leur donne l’opportunité de ‘savoir comment’ et de réaliser leur mission, » a continué Dr. Giordano.

Une partie du plan consiste à former des groupes de soutien, à avoir des ateliers sur la manière de vivre avec la maladie, à visiter ceux qui, bien que malades, ont des activités rémunératoires, pour aider ceux qui en sont infectés.

Les Giordano soulignent que le but de la présentation était triple : définir un programme avec de nouvelles possibilités dans la lutte contre le VIH/SIDA; développer une nouvelle perspective et une autre approche pour lutter contre le VIH/SIDA dans les communautés; et appliquez un plan d’action à partir de la présentation.

« De plus en plus, les initiatives de groupes confessionnels sont intéressantes pour les grandes organisations telles les gouvernements et les universités, » a dit Dr Giordano. « Ils comptent sur un partenariat avec les organisations basée sur la foi, surtout celles qui offrent de l’entraînement et des solutions pratiques. »

Pour plus de renseignements visiter le site www.aidsministry.com.

Droits Réservés (c) 2005 Réseau de Nouvelles Adventiste.

Image by ANN. ANN
Image by ANN ANN

Top news

La conférence en ligne SeLD de l’Inter Amérique mettra l’accent sur le leadership en des temps exceptionnels
Comment une maison de retraite adventiste en Italie a réussi à ne pas être touchée par le COVID-19
Ouvrons les yeux