Mots-clés les plus recherchés

Bonao, Monsenor Nouel, République Dominicaine.

La police a remis un garçon de sept ans indemne à ses parents juste 16 heures après qu’il ait été kidnappé le 7 décembre. Le garçon avait été enlevé après qu’un des kidnappeurs l’ait forcé à prendre un autre chemin, alors qu’il rentrait chez lui, sur le campus de l’Université Adventiste de la République Dominicaine, dans la ville de Bonao, capitale de la province de Monsenor Nouel, à 89 km de la capitale nationale, Santo Domingo.

« C’est un miracle que mon garçon soit vivant, » dit le père du garçon, Ysaias Javier, Dominguez, vice-président chargé des affaires financières de l’université. « Dieu a été le seul à orienter toute cette situation. »

Quelques heures après l’enlèvement du garçon, Javier avait reçu un appel des kidnappeurs, qui exigeaient qu’il paye une rançon de 800,000 Pesos (30,000 US$).

Javier est immédiatement allé à la police. Il reçut, alors, un deuxième appel d’un des kidnappeurs qui menaçait de tuer son fils si la rançon n’était pas payée. Javier dit avoir reconnu la voix de l’interlocuteur comme appartenant à l’un des gardiens chargé de la sécurité de nuit et employé par l’université depuis deux ans. Il fournit cet indice à la police, qui, plus tard, localisa le garçon dans une maison située à 10 km du campus.

Le gardien chargé de la sécurité, qui, selon les informations policières, avait un casier judiciaire et un autre des malfaiteurs présumés ont été tué dans un échange de tir avec la police.

Javier dit qu’il a notifié le bureau général de l’église à Santo Domingo immédiatement après la disparition de son fils. La nouvelle se répandit rapidement partout sur le campus adventiste et partout dans l’île, on a prié pour le retour sain et sauf du garçon, dit-il.

« Notre église n’a jamais eu à faire face à une situation de ce genre parmi nos membres et nous louons Dieu pour son intervention, » dit Sylvestre Gonzalez, directeur de communication de l’église en République Dominicaine.

« C’est le tout premier enlèvement d’un enfant mineur dans notre ville, » ajoute Javier.

Javier dit qu’il a été stupéfié de voir avec quelle rapidité son fils a été rendu et ajoute que les policiers lui ont dit que les négociations avec des kidnappeurs durent d’habitude trois jours.

L’incident a incité les administrateurs de l’université à renforcer les mesures de sécurité sur le campus. L’université a loué les services d’une société de sécurité pour travailler en tandem avec sa propre équipe de sécurité pour protéger plus efficacement plus de 1,000 étudiants et membres du personnel vivant sur le campus.

Le petit garçon, l’aîné de trois enfants, dit qu’il est heureux d’être à nouveau réuni avec ses parents et autres frères. Il retournera à l’école en janvier.

Image by ANN. UNAD

Top news

Coronavirus : un signe de la fin ?
Exercer un ministère auprès des enfants en période de coronavirus
Les adventistes et la pandémie de grippe de 1918